Esclavage, réparations et restitution : Faut-il aller au bout de la logique ?

lestr_02

Nous versons au débat des réparations cette prise de position sans concessions. Cette tribune qu’un nouveau groupuscule du nom de « BEF » envoie en exclusivité à Creoleways n’engage évidemment que son/ses auteurs. Les illustrations nous sont parvenues avec le texte. C’est à lire…

***

Français, rendez-nous notre terre, notre identité,
et faites toute la réparation de l’esclavage colonial !

par Kolokoto MANJA, nègre re-mouné et fier de ses origines

Ces jours-ci aux Antilles, on parle beaucoup de réparations de l’esclavage et de la colonisation. C’est très agaçant de constater à quel point nous, nègres descendants de victimes, nous sommes timorés, pour ne pas dire lâches et hypocrite dans nos revendications.

Voilà plus de 20 ans que nous, noirs des Antilles, de caraïbe et d’Amérique dénonçons avec raison les occidentaux qui réparent les souffrances des victimes juives (victimes blanches !) mais qui méprisent celle des noirs déportés d’Afrique et esclavagisés durant deux siècles de génocide. Alors il est temps qu’au nom de nos ancêtres arrachés à ce qu’ils avaient de plus cher, au nom de ces millions d’homme, de femmes et d’enfants noirs fouettés, violés, insultés, assassinés, torturés, mutilés, génocidés et déportés au quotidien, nous exigeons qu’on nous rende notre terre, notre culture et nos vraies racines, celles de nos valeureux ancêtres africains.

Nous ne voulons pas de ces camps de concentration, ces colonies de consommation que sont les Antilles et la Guyane où nos ancêtre n’ont connu que la douleur, l’humiliation et la déshumanisation. Ils étaient de meubles et des bêtes de somme et rien n’a changé depuis l’esclavage ! imagine-t-on les juifs s’installer à Auschwitz ? Se réjouir d’une culture construite dans les camps de concentration ? Jamais ! Les juifs ont réclamé le retour sur la terre de leurs ancêtres et un pays à eux ! Un endroit où tous les juifs du monde peuvent se sentir chez eux ! Nous avons droit à la même chose ! Comment peut-on passer son temps à se réclamer de l’Afrique et vouloir rester aux Antilles ? Comment on ose parler de « diaspora » si notre foyer n’et pas en Afrique ? Combien de temps encore allons-nous plaindre du racisme du blanc mais rester en France, en Angleterre, en Amérique , etc ! Alors que notre continent d’origine était un véritable jardin d’Eden avant l’arrivée des européens ?

afr_09

Et qu’on ne nous parle plus de départementalisation, de décentralisation, d’autonomie, ou de cette blague qu’on appelle « indépendance ». Quelle indépendance pour Haïti qui vit de l’aide internationale ? Ou les restavek sont toujours esclaves ? ou les plus démuni mangent des galettes de boue pour ne pas crever de faim ? Quelle indépendance pour certains pays d’Afrique qui se vend aux chinois aujourd’hui après s’être vendus aux occidentaux, justement parce que nous les laissons-faire en ne rentrant pas dans notre seul vrai pays pour le défendre ?

Nous refusons aussi un énième plan d’aide économique pour les Antilles, un dernier gadget pour masquer la colonisation, une aumone encore pour faire passer la pilule de la domination blanche française qui écrase les noirs antillais sous sa botte depuis le 17e siècle. Assez de LOOM, de LOPOM, de LODEOM pour nous maintenir dans les colonies françaises !

Tout homme vertical ne peut qu’être triste de voir ses frères descendants de noirs déportés renoncer aussi facilement à la seule véritable culture de leurs ancêtres. À notre terre mère l’Afrique, à tout ce que nous sommes vraiment, profondément. Cessons de réclamer de l’argent, des routes, des ponts, de écoles, pour nous enchainer encore plus au colonisateur qui nous a exploité pendant des siècles ! Nous renonçons à notre identité, à notre honneur, parce qu’aujourd’hui le colonisateur nous finance, il nous engraisse, il passe tous nos caprices pour montrer au monde comment ils s’occupe de nous et comment nous sommes ses enfants gâtés.

Tant qu’on va rester aux Antilles nous ne serons pas libres ! Et ça vaut pour tous les peuples noirs de la caraïbe ! Quelle douleur de voir des noirs caribéens indépendants se cacher derrière des « réparations » pour demander à leur ancien colonisateur des routes, des ponts, des hôpitaux, des écoles… exactement ce que les colons appellent « les bienfaits » ou « les aspects positifs »  de la colonisation !

Nous sommes effondrés d’entendre des personnes se dire Guadeloupéens, Martiniquais et Guyanais sous prétexte que nos ancêtres ont travaillé ces terres durant des siècles. C’est un vrai discours de colon ! Une mentalité de colon blanc ! D’ailleurs c’est exactement ce que disent les békés « nous avons défriché et mis en valeur les terres ». Vous croyez que les africains déportés avaient envie de travailler là ? Non, ils ne voulaient qu’une seule chose : rentrer chez eux ! Quand un noir meurt aux Antilles, on dit « i viré en Guinée » (il est rentré en Guinée [ndlr]). N’est-ce pas la preuve que nous n’avons jamais cessé de désirer l’Afrique? Combien de temps encore allons nous attendre d’être mort pour revoir le pays de nos ancêtres ? La plus grande supercherie des blancs et de nous avoir fait croire que nous étions des déracinés alors que nous sommes des déportés. Mais malgré leur lavage de cerveau, même si nous avons perdu notre culture et nos tradition, nous savons exactement ou sont nos racines !

afr_mas

Nous devons être vigilant et condamner tout ce qui relève de la colonisation, y compris la consommation de produits importés comme la morue salée, la farine france et le champagne. Le créole imposé par les colons et les coutumes crées en collaboration avec eux doivent être éradiqués. Ki nou vlé ki nou vlé pas, nous avons étés « démounés » ! Même nos noms ont été effacés pour que nous n’ayons plus de mémoire. Oui, il faut avoir le courage de le dire, Nous noirs d’Amérique, nous sommes incapables d’assumer ce que nous sommes vraiment : des africains déportés à qui on doit indemnisation financière et restitution de leurs terres d’origine !

Lanfanmi, regardons-nous ! Que sommes-nous devenus ! Nous ne pilons plus le mil ! Nous sommes incapables de cultiver le sorgho ! Nos femmes sont défrisées ! Nos hommes se rasent et se parfument et ne peuvent même plus pratiquer la polygamie. Nous voilà chrétiens ou musulmans ! Des religions qui ont justifié et béni l’esclavage des noirs ! Personne ne pratique plus les scarifications rituelles ! On se fait des tatouages maoris comme les blancs ! Les blancs disent que l’excision, c’est mal et nous répétons « c’est mal ! » comme des moutons ! Ils parlent de féminisme, de parité, d’écologie, de développement durable et comme des jako nous répétons toutes leurs bétises mais nous restons au même point mort pendant que notre mère l’Afrique fait naufrage !

afr_10

Nous avons perdu nos langues : l’éwé, le fon, le Yoruba et bien d’autres magnifiques langues africaines abandonnées au profit du créole colonial imposé aux bossales africains à coups de fouet !

Et après toutes ces humiliations, on entend des gens pleurnicher pour rester dans le giron de l’occident et réclamer des semblants de réparations à moitié ! il n’en est pas question ! Nous ne voulons pas de ces terres de malédiction que restent les îles de la caraïbe ! Ceci est la seule position verticale qui soit !

Honte aux intellectuels, aux artistes, aux politiciens qui se réclament de l’Afrique à longueur de journée mais qui ne font rien pour retourner à la maison ! qui courent les salons français, les festivals français alors que ce pays ne nous a fait, ne nous fait que du mal ? Rentrons chez nous et relevons le défi ! Redressons notre continent, nos nations d’origine ! Bien sûr, les racistes diront qu’avant la colonisation, il n’y avait même pas de nations en Afrique. Mais nous connaissons ce discours, cette mauvaise foi colonialiste !

Notre demande est simple : qu’on rende la terre de nos ancêtres. Et qu’on ne nous refasse pas le coup du Libéria !

Pour conclure,  nous affirmons que les Antilles appartiennent aux peuples amérindiens spoliés de leurs terres par les blancs. Eux seuls peuvent exiger une restitution des terres d’Amérique.  La seule vraie justice, la seule réparation est de leur rendre ce continent que les blancs ont nommé « Amérique » et de financer la réinstallation des noirs descendants d’esclaves en Afrique, dans les meilleures condition,. Toute autre chemin serait un vèglaj colonialiste ! Quémander c’est toujours quémander, même en changeant le mot « supplier » par « exiger ».

Nous précisons que nous ne sommes pas rasta. Le rastafarisme est une religion née dans la colonisation, un mélange d’idées qui n’à rien à voir avec l’Afrique authentique. Même si il affirme une résistance, comme le tambour gwoka aux Antilles, ce sont des produits culturels du système colonial et jusqu’à preuve du contraire, ça  n’a jamais libéré personne de la colonisation, pas plus que le blues n’a permis aux noirs américain de rentrer en Afrique récupérer les biens dont on les a spoliés. Cependant il faut rendre hommage aux rasta et Marcus Garvey qui ont toujours réclamé le retour en Afrique, seule réparation honorable pour un fils de déportés.

marcus_garvey_01

Alors comment faire pour réaliser ce vieux et noble rêve ? Comment ne pas nous retrouver dans un fiasco comme au Libéria, le Haïti du continent Africain ?

Un fonds doit être créé par les anciennes puissances coloniales d’Europe ET les descendants des békés, ET ceux des immondes rois, empereurs et chefs coutumiers qui ont capturé asservi et vendu nos ancêtres, leur propre peuple, pour les envoyer souffrir dans les colonies d’Amérique. Si c’est prouvé que les arabes ont aussi capturé et vendu nos ancêtres (ceux qu’ils n’ont pas castré), ils  doivent financer aussi notre retour et notre installation en Afrique dans de très bonnes conditions et sur la durée.

Nous sommes des nègres déportés, arrachés à notre continent et nous devons y retourner pour retrouver ceux qui sont notre vraie famille. Nous n’avons pas à partager les valeurs occidentales. Nous ne devons plus nous déguiser en nègres africains lors du carnaval et vivre et penser comme des blancs occidentaux tout le reste de l’année.

Et qu’on ne viennent pas nous parler de créolité ! De l’attrape-couillon qu’est le soi-disant métissage des noirs antillais. Quand on est noir on est noir ! Ki ou nèg ki ou chabin ki ou milatt ou sé on nèg et point barre ! Ce sont les blancs qui nous ont obligé à faire des différences entre nous. D’ailleurs les békés ont du sang noir et personne ne les entend s’en vanter ! Ils s’affirment blancs et français, et bien qu’ils restent dans les colonies françaises si ça leur chante mais nous répétons que nous sommes NOIRS ET AFRICAINS DÉPORTÉS !

afr_11

Alors frères et sœurs de douleur, cessons de souffrir dans ces îles qui ne nous ont donné que du malheur ! Construisons un futur pour nos enfants ! Rentrons chez nous en Afrique et exigeons des coupables, de tous les coupables de deux siècles d’esclavage monstrueux, de code noir, de génocide et de colonisation qui dure jusqu’à jodijou de nous rendre nos terres, nos parents, nos coutumes. Rejetons les noms de famille que nous ont donnés les colons et choisissons des noms et des prénoms africains qui ont un sens pour nous ! Exigeons des occidentaux et des arabes qui pillent notre continent depuis des siècles de remettre l’Afrique sur la bonne voie et dans l’état qu’ils l’avaient trouvée avant l’arrivée des prédateurs. L’Afrique était un paradis et les descendants d’esclaves noirs méritent des réparations. L’Amérique et les descendants des premières nations aussi ! Les puissances coloniales doivent donner à chacun les moyens de tout remettre en ordre car ce sont elles qui ont créer ce désordre, ce cauchemar.

Nous sommes désolé pour les blancs, les indiens, les syriens et les libanais des Antilles mais il faut aussi qu’ils quittent la caraïbe pour rendre la terre aux kalinas. Chacun doit s’organiser et exiger qu’on le réinstalle dans son pays d’origine. Ce n’est que justice ! Qui peux dire que ce n’est pas morale ? Nous le répétons, toute autre solution serait une macaquerie et servirait le maintien du système colonial capitaliste et raciste aux Antilles et dans toute la caraïbe !

L’Afrique renaitra ! Nous obtiendrons nos réparations !

Kolokoto Manja,
Porte parole pour le Black Empowerment Fédérations (BEF)