Harriet Tubman, l’héroïne noire abolitionniste en effigie sur le billet de 20 dollars US

Harriet Tubman, celle que l’on surnomme « Black Moses » (Moïse Noire) sera le visage du futur billet de 20 dollars qui doit être mis en circulation vers les années 2020. C’est l’un des billets les plus utilisés par les Américains. Une manière symbolique de reconnaitre la bravoure et la détermination de cette femme noire durant la lutte contre l’esclavage et la guerre de Sécession.

Après Martha Washington sur un certificat argent (fin du XIXe siècle), et la légendaire amérindienne Pocahontas au dos d’un un billet de 20 dollars, Harriet Tubman, sera la troisième femme a apparaître sur la monnaie américaine. Selon le secrétaire au Trésor Jack Lew, le design du billet sera finalisé en 2020. Harriet tubman remplacera Andrew Jackson, 7e président des USA, dont le nom reste lié à la déportation des native americans (autochtones amérindiens).

En Amérique, le nom d’Harriet Tubman fait immédiatement penser à l’Underground Railroad («voie ferrée souterraine»), un réseau informel d’abolitionnistes qui durant les années 1840, a permis la fuite de dizaines de milliers d’esclaves noirs vers les Etats du Nord et le Canada, bien au-delà de la ligne Mason-Dixon.

Fait cruel mais banal à l’époque, comme deux de ses sœurs avant elle, la petite Harriet sera vendue comme « nanny » et arrachée à sa famille alors qu’elle n’a que 6 ans. Irrités par son caractère, ses nouveaux maitres brutaux la renverront dans la plantation du Maryland où la fillette avait grandi.

En 1849, la guerre de Sécession gronde. Le Nord et le Sud des Etats Unis se divisent notamment sur la question de l’esclavage des Noirs. Dans l’effervescence du moment, de nombreux esclaves s’échappent. A 27 ans, grâce à l’Underground Railroad, réseau clandestin d’antiesclavagistes (dont beaucoup sont Quakers), Harriet s’enfuit vers la Pennsylvanie en bravant de nombreux périls.

Cette liberté fragile et durement acquise ne l’empêchera pas de revenir à l’endroit exact de son marronnage, bien que sa tête soit mise à prix. Révoltée contre la condition de ses frères et sœurs de misère, Harriet Tubman sauvera sa famille et des dizaines d’autres noirs fuyant le Sud esclavagiste en les aidant à franchir la ligne de démarcation.

L’histoire retient aussi qu’en juin 1963, Harriet Tubman a dirigé une expédition navale de l’Union qui libère 750 esclaves durant la guerre de sécession. Ce fait d’armes vaudra à l’héroïque Harriet l’éternel courroux des élus de Caroline du Sud qui, à la fin de la guerre,  se trouvent dans le camp des vaincus. Sans le sou, Harriet s’emploie comme domestique pour échapper à la pauvreté totale. Malgré le soutien des généraux de l’Union, la pasionaria abolitionniste attendra 30 ans pour obtenir sa retraite d’ancienne combattante. Un revenu qui lui permettra de fonder sa maison de charité.

Le nom d’Harriet Tubman est lié à l’engagement concret contre l’injustice et au combat pour la liberté. Cette figure historique de l’émancipation des Noirs d’Amérique est morte en 1913. La même année naissait Rosa Parks, une autre femme noire qui aux côtés d’un certain Martin Luther King, a repris le flambeau d’une lutte pour l’égalité qui n’est pas totalement achevée.

Kitékunta Kanté (Creoleways)

harriet_tubman_03