Laurence Rossignol – Esclavage et mode islamique, le CRAN s’indigne

Communiqué

 

Le CRAN dénonce les propos racistes, islamophobes et sexistes de Laurence Rossignol, demande sa démission et saisit le Procureur de la République

(30-03-2016)

Le CRAN a été interpellé ce jour par une avalanche de messages d’internautes concernant Laurence Rossignol. En effet, interrogée sur RMC, la ministre de la famille, de l’enfance et des droits des femmes a estimé que les musulmanes qui choisissent de porter le voile étaient comparables aux « nègres afri… américains qui étaient pour l’esclavage ».

La ministre a commis selon le CRAN une quadruple faute. Premièrement, l’usage du mot nègre, personne ne l’ignore, est tout à fait injurieux aujourd’hui, sauf dans certains contextes très particuliers, militants et revendicatifs, lorsque Aimé Césaire, par exemple, affirme : « Nègre je suis, nègre je resterai ». En dehors de ces contextes, le mot « nègre » est évidemment une insulte raciste, tout le monde le sait.

Deuxièmement, en évoquant les « nègres afri… américains qui étaient pour l’esclavage »,  Laurence Rossignol s’est comportée comme les antisémites qui passent leur temps à affirmer que certains Juifs ont collaboré avec les Nazis, voire étaient dans la Wermach. On ne connaît que trop ces stratégies rhétoriques abjectes qui visent à rendre les victimes d’un crime contre l’humanité responsables de leur propre malheur.

Troisièmement, en faisant l’amalgame entre les femmes qui sont forcées de porter le voile intégral et celles qui choisissent librement de porter le foulard islamique, la ministre a fait comme si La-Femme-Musulmane était en soi un être incapable d’intelligence et de libre arbitre, révélant ainsi le caractère sexiste de sa réflexion, ce qui est fâcheux pour une ministre des droits des femmes. En outre, le propos apparaît évidemment comme une affirmation islamophobe, quatrième grief reproché à Laurence Rossignol, ce qui fait tout de même beaucoup, il faut le reconnaître.

Louis-Georges Tin, président du CRAN, a réagi à ces propos en ces termes : « Si la ministre est un jour invitée à rencontrer Barack Obama, ce qui heureusement pour nous a peu de chances d’arriver, dira-t-elle :  »Hello, Negro » ? Le gouvernement vient justement de lancer une campagne dont le slogan est  »le racisme, ça commence par des mots ». Cela est fort bien dit, et c’est pourquoi nous demandons la démission immédiate de Laurence Rossignol ».

En outre, la ministre a affirmé que « nous avons le devoir de garantir à tous ceux qui vivent en France, et aux Franco-musulmans, qu’ils y vivent bien ». Le CRAN s’interroge sur ces « Franco-musulmans ». « Je connaissais les Franco-Algériens, les Franco-Marocains, les Franco-Sénégalais, mais je n’avais jamais rencontré de Franco-musulmans, a commenté Louis-Georges Tin. Peut-être s’agit-il de Français originaires de  »musulmanie » ? Nicolas Sarkozy nous avait appris le concept de « musulmans d’apparence », maintenant nous découvrons les « Français d’origine musulmane ». Décidément, sur les musulmans, grâce à nos dirigeants, on en apprend tous les jours » a ajouté le président du CRAN.

Quoi qu’il en soit, le CRAN a saisi le CSA sur ce dossier, dans la mesure où Jean-Jacques Bourdin, comme Elice Lucet dans l’affaire Guerlain en 2010, n’a pas du tout réagi à ce dérapage. Or l’exigence de maîtrise de l’antenne, telle qu’elle figure dans le contrat signé par RMC avec le CSA, implique que le présentateur réagisse en pareil cas.

En outre, le CRAN a saisi le Procureur de la République sur la base de la loi de 1881 et de la loi Taubira, pour dénoncer cette atteinte à la mémoire et à la dignité des personnes d’ascendance africaine.

Enfin, le CRAN, qui représente officiellement Jesse Jackson en France, a commencé à discuter de cette affaire avec les associations africaines-américaines, qui ont apprécié le propos, et qui sont d’ores et déjà curieuses de savoir quelle sera la réaction du président de la République française concernant les propos de sa ministre sur les « nègres américains qui étaient pour l’esclavage ».