Panama Papers : Scandale et révélations sur l’optimisation fiscale à l’échelle planétaire

« Panama papers » : une plongée inédite dans la « boîte noire » des paradis fiscaux

Le Monde et 108 autres rédactions dans 76 pays, coordonnées par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), ont eu accès à une masse d’informations inédites qui jettent une lumière crue sur le monde opaque de la finance offshore et des paradis fiscaux.

Les 11,5 millions de fichiers proviennent des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore, entre 1977 et 2015. Il s’agit de la plus grosse fuite d’informations jamais exploitée par des médias.

Les « Panama papers » révèlent qu’outre des milliers d’anonymes de nombreux chefs d’Etat, des milliardaires, des grands noms du sport, des célébrités ou des personnalités sous le coup de sanctions internationales ont recouru à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs.

C’est sur une véritable mine d’or qu’ont mis la main Le Monde et ses partenaires. Une base de données inédite tant par son ampleur que par son contenu remise par un lanceur d’alerte anonyme au Süddeutsche Zeitung. Le quotidien allemand l’a partagée avec le Consortium international des journalistes d’investigation (International Consortium of Investigative Journalists, ICIJ), organisation et réseau indépendant de Washington, déjà à l’origine des Offshore Leaks, des Lux Leaks et, plus récemment, des Swiss Leaks.

Pour en savoir plus, lire l’article de Maxime Vaudano (Le Monde) en cliquant ICI.