Guadeloupe Port Caraïbes – Colère anticolonialiste de Marie-Luce Penchard : l’avis de Danik I. Zandwonis (Caraibcreolenews)

Guadeloupe. Élection du Port : pourquoi Ary Chalus a encore perdu ?

Basse-Terre, Capitale. Lundi 21 mars 2016. CCN.

Pour la 3ème fois en moins de 2 mois, Ary Chalus vient d’être une fois de plus la victime d’un «mauvais coup» de l’état colonial français.

On se souvient que le nouveau président de Région était monté au créneau et avait à mots couverts laissés entendre que la facture pour l’organisation de la Coupe Davis en Guadeloupe était trop élevée, qu’il fallait essayer de la réduire. Chalus ne l’avait pas clairement dit mais dans son  entourage, on semblait vouloir remettre en cause cette manifestation sportive dont la paternité revenait à Victorin Lurel. Finalement, 24 heures avant Chalus, le ministre français des sports avait annoncé que la Coupe Davis aurait bien lieu en Guadeloupe et depuis Paris, Victorin Lurel lui était intervenu sur TF1 pour confirmer l’info. En guise de lot de consolation et pour « faire bien », il avait été dit que les 4 millions d’euros dépensés par la collectivité régionale pour cette Coupe Davis seraient remboursés par l’Etat. Mais quand ? Personne ne sait. D’une manière générale, il est admis que l’Etat traîne toujours à rembourser ses dettes et qu’en réalité la Région ne verra peut-être jamais la couleur de cet argent investi pour la Coupe Davis.

On peut donc affirmer que Chalus a ainsi perdu son premier match post-élections contre Lurel.

C’est encore Ary Chalus qui avait cru pouvoir résoudre l’épineuse problématique du syndicat unique de l’eau en  essayant vainement  de convaincre Lucette Michaux Chevry d’y adhérer. Là encore, le  président de Région a échoué.

Vendredi dernier, l’élection de Philippe Khalil à la présidence du grand port peut être aussi considérée comme un nouvel échec du nouveau président de Région. Mais alors pourquoi Chalus enchaîne-t-il ainsi les défaites ?

Plusieurs raisons :

Lurel est à la manoeuvre en France. Il a gardé intact tous ses contacts au sein du gouvernement français. Hollande qui aura besoin de son aide pour les élections de 2017, accorde à Lurel un crédit sans bornes. N’a-t-on pas vu le boxeur Jean-Marc Mormeck intronisé comme délégué à l’égalité (sic) ?

En fait, l’une des « faiblesses » d’Ary Chalus c’est précisément son absence de « réseaux » aussi politiques que « maçonniques ». Il n’a pas comme Penchard, Chevry ou Lurel, été ministre.

Chalus est aussi un homme sans parti donc il n’a pas non plus autour de lui des cadres politiques, de vrais conseillers, ni même un vrai « think tank « d’universitaires.  Dans ces conditions, sa tâche à la Région est plus que compliquée. Elle le sera encore davantage pendant les prochaines présidentielles françaises…

Consciente de tout cela, Marie-Luce Penchard (MLP), à l’inverse de Guy Losbar et Olivier Serva, vole donc au secours de « son » président et a soumis à CCN cette tribune.

MLP se permet même en tant qu’ex-ministre francaise de critiquer l’État français en des termes que renierait pas son collègue Jean-Marie Hubert, militant nationaliste membre de l’UPLG ! L’avenir serait-il déjà entrain de changer ?

Source

http://www.caraibcreolenews.com/index.php/focus/item/5065-guadeloupe-election-du-port-pourquoi-ary-chalus-a-encore-perdu

 

 

 

 

Comments

  1. A mon très humble avis, tout cela ressemble à du désamorçage. Peut-on croire raisonnablement que Chalus va se tourner vers les autonomistes voire les indépendantistes.
    Rien ne changera et ces petites péripéties politiciennes ne servent qu’à désamorcer l’élan autonomiste qui est entrain de grandir en Guadeloupe. En se rebiffant contre l’Etat, car humilié par ce dernier qui probablement le trouvait trop populaire, Chalus le départementaliste ou plutôt le régionaliste est entrain (peut-être malgré lui?) de couper l’herbe sous les pieds des autonomistes dont nous savons tous que seule leur politique apportera un nouvel élan économique à la Guadeloupe.