Guadeloupe Port Caraïbes : Ary Chalus, battu, dénonce une ingérence de l’Etat dans les affaires locales

Avec 9 voix contre 8 pour Ary Chalus, Philippe Kalil a été élu président du Conseil de surveillance de Guadeloupe Port Caraïbes ce vendredi 18 mars à Pointe-à-Pitre. Suite à cette victoire d’une courte tête, le candidat Ary Chalus, député et président de la Région Guadeloupe a déclaré sur les ondes « l’Etat m’a déclaré la guerre ! » et s’est fendu d’un communiqué que nous publions.

 

Basse-Terre, vendredi 18 mars 2016

Communiqué de presse

Election de la présidence du conseil de surveillance de Guadeloupe Port Caraïbes

Les résultats des élections de Guadeloupe Port Caraïbes démontrent, s’il en était besoin, qu’il y a aujourd’hui en Guadeloupe deux mondes qui s’opposent.

Celui des institutionnels et celui des représentants légitimes de la population qui ont mandat pour engager le changement.

Je regrette que, contrairement à ce qui se passe dans les autres Régions de France en cas de désaccord entre les acteurs locaux, l’Etat ne se soit abstenu et ait pris part au vote, alors même que j’avais motivé les raisons de ma candidature qui allait dans le sens de l’apaisement.

En agissant ainsi, l’Etat n’a pas respecté le verdict populaire. Il n’a pas respecté l’un des plus grands principes Républicains qui est celui de la neutralité.

J’en prends acte désormais et il m’appartient de tirer les enseignements de cette prise de position des services de l’Etat.

Cela signifie que le mode de gouvernance que j’ai appelé de mes vœux, celui de la concertation et du partenariat a été foulé aux pieds.