Géothermie en Guadeloupe : Alain Plaisir contre la privatisation

Géothermie de Bouillante : Le silence des Elus !

par Alain PLAISIR

La centrale géothermique basée à Bouillante produit de l’électricité renouvelable depuis trente ans, grâce aux réservoirs d’eaux chaudes des sous-sols. Elle est en fonction depuis 1986 et est actuellement exploitée par l’entreprise d’État Géothermie–Bouillante, une filiale du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et EDF. Elle fournit aujourd’hui 6% de la consommation d’électricité aux guadeloupéens.

La centrale géothermique de Bouillante est un projet phare en matière d’énergie renouvelable. Elle fait partie du patrimoine industriel de la Guadeloupe. Elle permet avec les autres sources d’énergie renouvelables d’envisager l’autonomie énergétique de Guadeloupe. C’est une véritable richesse pour notre pays, qui doit se développer à partir de ses propres ressources, plutôt que dépendre des importations, en l’occurrence du fioul pour faire fonctionner ses centrales électriques. Malheureusement, nous apprenons qu’en décembre 2015, alors que se tenait à Paris la COP21, l’entreprise Ormat Technologies, basée aux États-Unis, dans le Nevada a annoncé avoir signé un accord de principe pour racheter 85 % du capital de la centrale guadeloupéenne.

Pourquoi l’Etat a t’il choisi de vendre a une entreprise privée (de surcroit américaine) cette centrale qui pourrait servir de modèle d’énergies renouvelables ?

Pourquoi EDF s’en désintéresse t’elle alors qu’elle investit massivement en Indonésie et au Mexique sur des projets similaires?

Pourquoi l’Etat, actionnaire principal d’EDF n’oblige-t’il pas cette entreprise publique, qui vient de faire une offre ferme pour le rachat partiel de l’activité réacteurs d’Areva pour 2,5 milliards d’euros, d’acheter la centrale de Bouillante.

« La noblesse d’une entreprise de service public réside dans la nécessité de gérer l’ensemble de ses contraintes et d’assurer au mieux ses missions », expliquait il y a un an le PDG d’EDF. Jean-Bernard Lévy. Pourquoi ne pas respecter ces mêmes contraintes en Guadeloupe ?

Que disent les élus ? Vont-ils continuer à se taire, alors qu’ils devraient mener une action vigoureuse auprès de l’Etat pour que cette industrie de pointe reste dans le domaine public.
La loi de transition énergétique qui a annoncé en août dernier la mise en place d’une stratégie nationale de développement de la géothermie n’est-elle pas applicable en Guadeloupe ?
Cette vente doit être annulée car elle est contraire de l’intérêt des guadeloupéens et du développement du pays.

Le CIPPA, qui, lors de la récente campagne électorale pour les régionales a affirmé que la Guadeloupe devait se développer à partir de ses quatre richesses : la Terre, la Mer, le Soleil, l’Eau et les Hommes a décidé d’informer le peuple et d’interpeller les élus sur les véritables enjeux de ce bradage des intérêts guadeloupéens.

Alain PLAISIR
Président du CIPPA