Chalvet – Grève de Février 1974 : Hommage aux victimes par Patrick Mathelié-Guinlet

14 février 1974

par Patrick MATHELIÉ-GUINLET

Sur le plateau Chalvet
tous ensemble ils marchaient,
leur commune misère
d’étendard leur servant,
de cinq malheureux francs
désirant seulement
augmenter leur salaire
trop maigre au demeurant
afin que leurs enfants
ne meurent pas de faim
pour aller à l’école.
Ouvriers agricoles,
des coupeurs de banane
tous unis dans la grève,
par désespoir poussés
à cette extrémité.
Pour tous ces prolétaires,
le travail inhumain,
la dure exploitation
par les riches patrons
lors avaient remplacé
l’esclavage aboli
des grandes plantations
de l’île, soi-disant
depuis si tant d’années…
Leurs revendications
pour plus de dignité,
pour justes qu’elles sont,
sont ignorées pourtant
par tous ces békés qui
n’ont pour eux que mépris.
Et en ce jour maudit,
quatorze février,
les gendarmes appelés
par les propriétaires,
font feu à bout portant
sur la foule en colère
des damnés de la terre,
faisant couler le sang…
Lors Ilmany "Renor",
père de nombreux enfants
s’écroule raide mort !
Quatre autres sont blessés
et le reste est gazé
par les hélicoptères.
C’était le pot de terre
contre le pot de fer :
"qui demande du pain,
récoltera du plomb…"
Puis le surlendemain
avant qu’on ne l’enterre,
sur la plage à côté
fut découvert le corps
profané, mutilé
de Georges Marie-Louise
qui n’avait pas vingt ans,
assassiné aussi
par la maréchaussée
qui resta impunie,
ayant bénéficié
de la complicité
du pouvoir judiciaire.
Il fallut ces deux morts,
hélas, pour qu’un accord
soit à la fin signé
avec les syndicats,
améliorant le sort
des pauvres ouvriers.
Ce qui ne nous tue pas,
toujours nous rend plus fort
et il nous faut tirer
les leçons du passé,
nos martyrs honorer
en restant solidaires,
unis main dans la main,
pour de meilleurs demains !

Patrick MATHELIÉ-GUINLET