France : David Dahomay souhaite une refondation de la gauche

L’urgence de refonder la gauche, en théorie comme en pratique

par David DAHOMAY

L’urgence de réfléchir, de comprendre. L’urgence de « penser où ça fait mal », de penser au bord de l’abîme (abîme politique, moral, voire même civilisationnel). L’urgence de mettre des mots sur des maux. L’urgence et le devoir impératif de nous ressaisir, de résister, et de refonder la politique et la démocratie, en théorie comme en pratique (« résister, c’est créer », Stéphane Hessel).

Telle est la tâche qui nous incombe désormais, nous citoyens de gauche en particulier, et citoyens épris de liberté, d’égalité, de justice, d’écologie, et d’humanisme en général.

« La gauche peut mourir » déclarait en juin 2014 Manuel Valls. Quelle affligeante ironie. Cette phrase résonnerait-elle comme le désir (inconscient ?) d’une prophétie auto-réalisatrice ? La question se pose en effet, tant François Hollande et l’actuel chef du Gouvernement n’ont eu de cesse depuis 2012 de mettre à mal, dans les mots et dans les actes, toutes les aspirations et les espérances individuelles et collectives de nombre de nos concitoyens. Jusqu’à tourner le dos, tout récemment, à certains de nos grands principes démocratiques et républicains (je veux bien entendu parler de « l’état d’exception permanent » et de la déchéance de la nationalité pour les binationaux, qu’ils souhaitent, droits dans leurs bottes, inscrire dans la Constitution).

Ils se sont ainsi appliqués à mettre en œuvre, nonobstant quelques décisions et réformes pertinentes, à peu près tout le contraire de leurs engagements forts pris devant les Français durant la campagne présidentielle, et tout particulièrement en matière de politique économique.

« Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu. Et pourtant, il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance » (François Hollande au Bourget, le 22 janvier 2012). Ce jour-là, certains d’entre nous y ont cru, nous y avons honnêtement cru, d’autant plus qu’il nous apparaissait que c’était la première fois en France qu’un candidat à la présidentielle affirmait vouloir résolument s’attaquer à « l’hydre mondiale » incarnée dans l’oligopole bancaire mondial ; oligopole au cœur de la financiarisation globalitaire et ô combien mortifère de l’économie (la crise financière systémique de 2008 étant de ce point de vue très édifiante). Mais l’orateur du Bourget y croyait-il vraiment ? Il est aujourd’hui permis d’en douter très sérieusement.

François Hollande ou la chronique « d’une étrange capitulation » annoncée : celle de l’abdication hâtive face à l’Allemagne, en renonçant à « renégocier » le pacte budgétaire européen, ratifié par la France dès octobre 2012, et qui fut très lourd de conséquences pour notre pays en termes de politiques funestes d’austérité (dont nous ne sommes toujours pas sortis, mais finirons-nous un jour par en sortir ?). Il aurait sans aucun doute fallu, de l’avis éclairé de nombreux économistes, mener une politique de relance de l’activité économique, tant à l’échelle européenne qu’en France (à l’instar de celle menée aux Etats-Unis).

Celle de la capitulation devant les seuls intérêts du grand capitalisme mondial, sur l’autel de nombreux ouvriers de l’industrie, et ceux des hauts-fourneaux de Florange en particulier, malgré toutes les promesses assénées – avec des trémolos dans la voix – devant ces ouvriers durant la campagne présidentielle. La proposition de l’ex-ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui consistait à une nationalisation temporaire du site, était à l’évidence la plus pertinente, mais c’eût été symboliquement, pour François Hollande et les quelques sociaux-libéraux du Gouvernement (qui n’ont de social que le nom), déplaire trop fortement à la doxa néolibérale.

Celle du renoncement à séparer de façon efficiente les activités de banque de dépôts et de banque d’investissement, sous la pression du lobby bancaire français (si tant est qu’il y eût vraiment pression), et de l’adoption au final d’une réforme bancaire assez décevante au regard de ses grandes ambitions initiales. Et que dire en outre des négociations européennes relatives à la taxe sur les transactions financières (dite taxe Tobin), démarrées en 2011 et dont l’entrée en vigueur est sans cesse repoussée aux calendes grecques (2017, nous dit-on), là encore pour ne pas déplaire aux banques (et avec l’étonnante complaisance de Paris à l’égard du lobby bancaire) ?

Celle de l’abandon de la grande réforme fiscale (avec comme mesure phare la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG), pourtant promise par François Hollande avant la présidentielle, annoncée par l’ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault en novembre 2013 (et qui avait fait renaître une lueur d’espoir parmi certains d’entre nous), mais qu’il n’aura finalement pas l’occasion de mettre en œuvre (désavoué par l’Elysée, Ayrault quitte Matignon quelques mois plus tard). Face à l’explosion des inégalités en France, comme en Europe et dans le monde, et une répartition toujours plus inégalitaire entre les revenus du travail et ceux du capital, c’est pourtant une vraie « révolution fiscale » qu’il faudrait impérativement engager (voir sur ce point les propositions fort pertinentes portées depuis tantôt par l’économiste renommé Thomas Piketty), en vue d’une véritable politique « redistributive », seule à même de corriger ces criantes inégalités, autant insupportables socialement qu’inacceptables moralement.

François Hollande s’était engagé durant la campagne présidentielle à taxer jusqu’à 75 % les revenus supérieurs à 1 million d’euro, à supprimer les stocks options, à encadrer les bonus des grands patrons, et à limiter la rémunération des dirigeants des grandes entreprises publiques de 1 à 20. Toutes ces promesses abandonnées, et l’ex-ministre de l’Economie Pierre Moscovici d’enfoncer le clou en mai 2013 : «Il n’y aura pas de projet de loi spécifique sur la gouvernance d’entreprise…Nous préférons miser sur une autorégulation exigeante ». La messe est dite, dormez tranquille braves gens !

Celle enfin de la trahison face à notre appartenance commune au socialisme et à la gauche, sans nier pour autant la palette de nuances idéologiques au sein de la famille socialiste ; trahison étalée au grand jour avec tambours et trompettes lors de la fameuse conférence de presse du 14 janvier 2014 : l’annonce du Pacte de responsabilité et de la politique de l’offre désormais ouvertement assumée (« l’offre crée la demande », dixit François Hollande, en référence à l’économiste du 18e siècle Jean-Baptiste Say, dont les thèses sont aujourd’hui largement battues en brèche). Le prix Nobel d’économie Paul Krugman n’hésita pas à qualifier, à juste titre, de « scandaleux » ce tournant assumé par l’exécutif français, avec la complicité passive (ou active) d’une majorité de parlementaires de gauche.

Un tournant qui avait en réalité commencé dès novembre 2012 avec la mise en place du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi), et dont le vice fondateur semble être l’absence de conditionnalité probante imposée aux entreprises, en contrepartie des 20 milliards d’euros par an consentis par l’Etat pour baisser leurs charges. Et d’autant que le bilan à ce jour du CICE est pour le moins décevant au regard des objectifs initiaux d’amélioration de la compétitivité des entreprises, en vue in fine de créer de l’emploi (c’est d’abord le secteur de la restauration et de l’hôtellerie qui en a bénéficié, alors qu’il eût sans doute fallu cibler essentiellement les secteurs et les catégories d’entreprises réellement soumises à la concurrence extérieure).

Cette politique de l’offre, tout entière arcboutée sur la baisse du coût du travail et sa flexibilité (facilité des licenciements et souplesse de la durée légale du travail avec la baisse de majoration des heures supplémentaires, envisagés dans la réforme à venir du Code du travail) – politique néolibérale, dangereuse économiquement et socialement, et d’un dogmatisme éculé –, apparaît d’ores et déjà comme l’oraison funèbre de ce gouvernement de gauche (dont il est permis d’ailleurs d’émettre les plus grandes réserves quant à sa réelle appartenance aux valeurs de la gauche, et celles notamment de l’aspiration au bien-être pour tous).

La droite dite républicaine, qui dans le fond n’a pas grand-chose à redire de cette politique néolibérale mise en place (et dont le renouvellement des idées en son sein pâtit sérieusement de ce triomphe du néolibéralisme présenté, à grands renforts médiatiques, comme la seule alternative), aurait assurément appliqué, à peu de choses près, la même politique économique si elle avait été au pouvoir. Comment dès lors s’étonner du désarroi des citoyens qui, de plus en plus nombreux, n’ont plus confiance en la politique (dans le sen où ils n’en attendent plus rien), ne vont plus voter, ou plus inquiétant encore, sont séduits par les idées de l’extrême droite ?

A court terme, notamment pour relancer l’activité économique intérieure, tout porte à croire que c’est d’abord une politique de la demande qu’il faudrait privilégier (revalorisations salariales, en particulier les bas salaires via l’augmentation sensible du SMIC, baisse de la TVA, …), tout en investissant beaucoup plus massivement dans l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation, pour ensemencer de nouveaux gisements d’emplois à moyen et long terme (et tout particulièrement les « emplois verts »).

Sous l’effet conjugué de la libéralisation tous azimuts de l’économie globalisée et de l’accumulation et de la concentration du capital dans les mains (ou plutôt les coffres-forts) des 1% les plus riches de la planète – et alors même que jamais autant de richesses n’avaient été produites auparavant dans toute l’histoire de l’humanité –, les inégalités sociales, la précarité, et la pauvreté explosent dans tous les pays industrialisés (Thomas Piketty a parfaitement démontré cela dans son livre Le Capital au XXIe siècle ; voir aussi le rapport de l’OCDE de 2015 mettant en avant le niveau sans précédent des inégalités qui, selon cette organisation, nuisent à la croissance). Sans compter les souffrances et le mal-être au travail, d’une ampleur inédite, et qui pourtant ne semblent pas émouvoir, outre mesure, nos décideurs politiques.

Or, seule une politique volontariste de légifération, de régulation et de redistribution (notamment par la fiscalité, on l’a dit), permettrait d’enrayer la montée de ces inégalités en France, en Europe, et dans le monde. Au lieu de cela, le gouvernement Hollande s’entête dans l’erreur, autiste aux maux dont souffre le peuple français dans son immense majorité, et s’acharne à vouloir baisser le coût du travail (aux conséquences sociales désastreuses), pour soi-disant rendre la France plus compétitive sur le marché européen et international concurrentiel (comme si la concurrence entre Etats au sein de la zone euro était souhaitable, voire même économiquement pertinente. C’est une politique de coopération et de solidarité qu’il faudrait sans tarder opérer en Europe, mais au lieu de cela, nous laissons l’Allemagne poursuivre sa politique d’excédents commerciaux aux dépens de tous, y compris d’elle-même, du moins à long terme). En outre, comment pourrions-nous une seconde envisager un jour d’avoir une main-d’œuvre en France, aussi « compétitive » que celle des pays émergents tels que la Chine et l’Inde, si ce n’est en généralisant, manu militari (car cela ne serait réalisable qu’« après la démocratie »), une baisse massive des salaires et en produisant une armée de sous-prolétaires ? Ce à quoi rêve bien entendu le grand capitalisme mondial (en attendant que la machine ne remplace définitivement l’Homme, et dont l’existence deviendra alors totalement superflue).

C’est pourquoi Emmanuel Todd et d’autres ont raison de prôner un certain « protectionnisme européen », sans qu’ils ne soient d’emblée taxés de dangereux nationalistes. Ce serait à l’évidence une erreur de laisser à l’extrême droite le monopole de ces problématiques, tellement importantes si l’on souhaite réellement retrouver une certaine prospérité en Europe et en France. De même, la question du maintien de la France au sein de la zone euro mérite plus que jamais d’être débattue à gauche, tant les bases idéologiques – l’ordolibéralisme allemand – qui ont présidé à la construction de l’euro (et en particulier l’indépendance totale de la Banque centrale européenne (BCE), hors de toute volonté et de tout contrôle démocratiques) semblent de plus en plus incompatibles avec une prospérité économique et sociale en Europe, et dont tout porte à croire qu’elles servent avant tout les intérêts allemands, au détriment de toute solidarité européenne. Aussi, force est d’admettre que Jean-Luc Mélenchon a raison de poser la question du « plan B », dans le cas où la « nouvelle gauche française » (ni social-libérale, ni à l’extrême gauche marxiste) que nous appelons de nos vœux, prendrait le pouvoir en 2017, avec pour mandat explicite de renégocier les traités européens (et d’envisager le « plan B » – la sortie de la zone euro – en cas d’échec des négociations, et le passage alors à une monnaie commune en lieu et place d’une monnaie unique ; voir sur ce point les propositions pertinentes de l’économiste Jacques Sapir).

Mais à y regarder de plus près, ce que nous vivons actuellement, c’est une crise systémique majeure, mise à nu avec la crise financière et économique de 2008, et qui ne serait autre que la crise crépusculaire du capitalisme lui-même (ce que semblent ne pas voir ou comprendre la plupart de nos dirigeants actuels, malgré toutes les alertes lancées par nombre d’intellectuels, d’économistes, de scientifiques, de philosophes, d’historiens, ou de citoyens clairvoyants et engagés). Un capitalisme désormais entièrement financiarisé et spéculatif (une « économie-casino »), totalement déconnecté de l’économie réelle et des besoins sociaux et sociétaux. « Un capitalisme mis à mort par ses spéculateurs mêmes » (Marcel Duchamp, La Mariée mise à nu par ses célibataires, même). Sans doute que même Marx n’y retrouverait pas ses petits.

C’est peut-être aussi autant une crise systémique qu’une véritable « mutation civilisationnelle », et dont il convient coûte que coûte d’en prendre toute la mesure et de s’y préparer (visiblement sans l’aide de nos décideurs, dont c’est pourtant avant tout l’impérieuse responsabilité). La nouvelle crise financière et économique qui est désormais à nos portes, pourrait bien être pire que celle de 1929 (voir sur ce point l’analyse de plusieurs économistes éclairés, notamment l’économiste-sociologue Paul Jorion, et qui préconise l’interdiction de la spéculation ; mesure qui nous semble au final des plus pertinentes, eu égard aux périls qui menacent nos sociétés humaines).

Déjà en 1972, des chercheurs américains du MIT, sous la direction de Dennis Meadows, avaient publié un rapport rendu célèbre, The Limits to Growth (Les Limites à la Croissance), commandé par le fameux Club de Rome, et qui prédisait ni plus ni moins qu’un « effondrement » économique et social généralisé à l’échelle planétaire (pronostics obtenus par des simulations mathématiques et informatiques complexes à partir de variables rendant compte des activités humaines et de l’évolution démographique, et réévalués par différents chercheurs à plusieurs reprises depuis). Ce rapport concluait sur l’urgence de changer de modèle de développement pour éviter le pire, et notamment des désastres écologiques irréparables (nous connaissons la suite, ce rapport fut accueilli à l’époque avec scepticisme par nos dirigeants).

De nombreux économistes de renom n’ont cessé de nous mettre en garde sur les limites de la croissance, et sur le fait qu’il serait illusoire et même dangereux d’espérer revenir à des niveaux de croissance dans les pays industrialisés (aujourd’hui post-industriels), comparables à ceux que nous avons connus durant les Trente Glorieuses (période que nous pourrions considérer comme le « rattrapage » des destructions massives survenues durant la Seconde Guerre mondiale et des sauts technologiques opérés). Nous pourrions ainsi citer pêle-mêle Robert J. Gordon, Thomas Piketty, Daniel Cohen, Jean Gadrey, Dominique Méda, Olivier Berruyer, et bien d’autres. La plupart préconisent pour les années à venir des taux moyens de croissance de 0,5 à 1% (en étant optimistes), bien loin des 3% qui seraient nécessaires pour significativement inverser la courbe du chômage.

Nous sommes devant une aporie inouïe : « Le monde est clos et le désir infini » (Daniel Cohen). Il va pourtant bien falloir s’atteler à la résoudre, et il y a urgence car notre maison planétaire commence à l’évidence à s’embraser, et nous n’aurons pas le temps de développer la technologie nous permettant de coloniser Mars. Voilà ce à quoi doit sans tarder se dévouer la « nouvelle gauche française », et des pistes existent d’ores et déjà.

La fin de la « glorieuse croissance » et les progrès technologiques considérables cumulés (l’intelligence artificielle, la robotisation, l’imprimante 3D, le « Tout-numérique » et Internet), ont produit un monde de rareté du travail, dont nous n’avons pas encore pris toute la mesure (il faut bien admettre aujourd’hui que déjà en 1995, Jérémy Rifkin avait vu juste, dans son livre La fin du travail, préfacé dans sa traduction française par Michel Rocard). D’ailleurs, les « hollandistes » sociaux-libéraux s’évertuent, tels des hérétiques, à croire – et à nous faire croire – qu’ils feront revenir la croissance à des niveaux suffisants permettant d’enrayer la montée inexorable du chômage.

La croissance ne reviendra pas – du moins pas à des niveaux suffisants, et d’ailleurs il ne serait pas sain pour l’écologie qu’elle revienne –, et le travail se fera de plus en plus rare (difficile en effet de lutter contre les progrès technologiques, qui sont d’ailleurs censés nous émanciper des activités éprouvantes). Qu’on se le dise, une bonne fois pour toute !

Dès lors, que faire ? Si le travail est rare, nous devons à l’évidence commencer par le partager. C’était toute la vertu originelle des « 35 heures » mises en place sous le gouvernement Jospin, et qu’aujourd’hui Manuel Valls et surtout Emmanuel Macron, s’acharnent à vouloir détruire, au nom de la doxa néolibérale. Contrairement à une propagande savamment orchestrée par un certain grand patronat, les « 35 heures » ont, non seulement contribué à améliorer la productivité horaire en France (l’une des plus élevées d’Europe), mais ont aussi et surtout permis de créer un nombre significatif d’emplois. Il faut souhaiter qu’un rapport d’évaluation objectif et indépendant sur ce dispositif, voie enfin le jour.

Michel Rocard et Pierre Larrouturou préconisent même la semaine à 4 jours. Cela nous semble une avancée et une piste intéressantes, que la gauche (ou les gauches) devrai(en)t débattre sans tarder. Concomitamment, il conviendrait aussi sans doute de réfléchir à l’idée d’un « revenu universel », mis en œuvre à l’aune de « la troisième révolution industrielle » et de « la nouvelle société du coût marginal zéro » préconisées par Jérémy Rifkin, et que certains auraient sans doute tort de prendre pour un naïf utopique. « Revenu universel » que le Conseil national du numérique préconise dans un récent rapport, et que la Finlande s’apprêterait à expérimenter.

Il conviendrait en outre de débattre d’une nouvelle gouvernance d’entreprise (fin des stock-options, limitation des rémunérations des dirigeants, règlementations pour un actionnariat responsable, …), et d’une nouvelle éthique de l’entrepreneuriat et du capitalisme, basée notamment sur les principes de l’économie sociale et solidaire. L’économie collaborative – et l’avènement des plateformes numériques –, devraient à l’évidence être davantage étudiées et explorées, tout en évitant les écueils de « l’ubérisation ».

Nous ne sommes pas de dangereux révolutionnaires robespierristes, mais au vu de l’urgence sociale, écologique, économique, et démocratique, il est l’heure d’être radical (« à vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes », JF Kennedy). L’heure d’une révolution démocratique a désormais sonné (celle de l’avènement de la démocratie d’exercice (repenser les relations gouvernants-gouvernés), telle que brillamment exposée par l’historien-sociologue Pierre Rosanvallon, dans son livre Le Bon Gouvernement).

Le temps est sans doute aussi venu de retrouver « le sens de la République » et d’invoquer l’héritage des Lumières, en ces temps consuméristes, troublés et obscurs, où nous perdons peu à peu le sens de toute chose, et tout particulièrement le sens moral (« Kant, ô Kant, pourquoi nous as-tu abandonnés ? »).

Un Dennis Meadows, un Yanis Varoufakis, ou un Pierre Rabhi, sont susceptibles d’ébranler la marche ubuesque du monde, bien plus que ne le pourront jamais François Hollande, Manuel Valls, et Emmanuel Macron (ce « golden boy [médiatique] du hollandisme crépusculaire »).

N’en déplaise à Manuel Valls, la gauche n’est pas morte. « Elle est même bien vivante la gauche ! » (Pierre Joxe). Par contre, il se pourrait que le Parti socialiste ne survive pas à ce hollandisme finissant. Serait-il même souhaitable qu’il survive ? La question reste entière.

En tout cas, désormais, le Parti socialiste, ce sera sans moi. Et mes amis et mes camarades du PS qui croient encore, vaille que vaille, pouvoir réformer ce parti de l’intérieur, seraient bien avisés d’y renoncer – c’est peine perdue –, et de mobiliser leur énergie pour refonder une nouvelle gauche française, républicaine, sociale, et écologiste.

L’urgence absolue, ce n’est donc pas de savoir si Hollande et le PS accepteront d’organiser des primaires à gauche pour la présidentielle de 2017. L’urgence absolue, c’est de créer de toutes pièces un nouveau parti politique, d’ici cet été, et issu très largement de la société civile (dans toutes ses composantes). Parti qui rassemblerait, si possible, les différentes sensibilités de la gauche française et des écologistes, sur des bases théoriques et idéologiques communément partagées.

Et seulement à partir de là, nous pourrions envisager des primaires à gauche, une fois rassemblés autour de valeurs communes, et de ce nouveau parti politique. Nous voyons poindre déjà de nombreux candidats potentiels et talentueux : Arnaud Montebourg, Christiane Taubira, Jean-Luc Mélenchon, Cécile Duflot, Marie-Noëlle Linemann, Barbara Romagnan, Christian Paul, et bien d’autres. Avec le risque inévitable d’une bataille d’égo démobilisatrice, au détriment des idées et d’une vraie refondation de la gauche.

C’est pourquoi pour ma part, j’aurais plutôt plébiscité une personnalité neuve, « anti-système », et issue de la société civile. Après mure réflexion, il est probable que Paul Jorion ait vu juste : l’économiste Thomas Piketty serait sans doute le mieux à même de fédérer toutes ces personnalités, et toutes les sensibilités autour de sa personne. Il incarnerait à l’évidence, une nouvelle espérance pour la gauche, pour la France, pour l’Europe, et pour le monde.

Quant à François Hollande, sa proposition d’inscrire dans la Constitution « l’état d’urgence » ainsi que la déchéance de la nationalité pour les binationaux (quand bien même cette référence aux binationaux ne serait plus explicite mais implicite), constitue à l’évidence « l’infamie » de trop, « l’ultime rupture ». Tout a été dit sur cette « lepénisation des esprits », qui a fini même par corrompre le cœur du pouvoir « socialiste ». Je citerai néanmoins cette phrase magnifique de l’écrivain Patrick Chamoiseau :
« Les nationalités révocables dessinent en France un effondrement éthique d’une ampleur sidérante. Une indécence majeure qu’aucun bénéfice politicien ne saurait justifier. De très vieilles ombres sont de retour et nous fixent sans trembler. »

Et comme en écho à Christiane Taubira : « Il n’est pas question de livrer le monde aux assassins d’aube » ! (Aimé Césaire).

David Dahomay, 1er février 2016.