Guadeloupe – Elections régionales : Daly s’interroge

« Je ne suis pas politicien mais je reste cartésien. Mon problème n’est pas Chalus mais ce qui se cache derrière Chalus ». Ces mots du chanteur Daly, l’un des ténors de la scène hip-hop de Gwada font un sacré buzz sur Facebook.

C’est l’invité surprise des Régionales 2015: Issu des quartiers des Abymes, l’artiste Daly, réputé pour sa franchise san konbin, pose sans complexes une question qui, à tort ou à raison, fait son bonhomme de chemin en cette fin de campagne du 2e tour de l’élection Régionale de Guadeloupe: « Ary c Boug an nou tout mè Pa fowséman cé la ki caché dèyè do ay !!! » (Ary [Chalus] est copain avec tout le monde, mais pas forcément tous ceux qui se cachent derrière lui !!!).

Daly s’interroge ensuite sur le futur des quartiers des Abymes où vivent les maléré et la jeunesse en déshérence « Mon raisonnement me pousse à me poser la question cruciale que voilà : que va t’il arriver à mon quartier « LE RAIZET » grand camp, Lacroix, etc… Que va t’il arriver à ma commune ??? Que va-t-il arriver aux projets d’insertions de développement déjà en route si il faut tout recommencer ».

L’artiste semble aussi très inquiet des logiques de revanche qui pourraient se déclencher en cas de victoire du maire de Baie-Mahault : « guerre d’ego égal fan tchou a moun, donc fan tchou a ZABYM’ » (Guerre d’égo égal vengeance, donc vengeance contre les abymes) écrit-il sur sa page Facebook. Au soir des résultats de 1er tour, la commune des Abymes, l’une des plus importants viviers de voix de Guadeloupe, avait surpris par la faible mobilisation d’électeurs généralement acquis à Eric Jalton, soutien de Victorin Lurel, l’actuel Président de région.

On peut penser que Daly évoque, sans la nommer, l’ennemie jurée de Lurel, Lucette Michaux-Chevry, qui a cédé sa place de maire de Basse-Terre à sa fille Marie-Luce Penchard. Et surtout une rumeur persistante qui prétend que cette dernière, qui figure en seconde place sur la liste « Changer d’avenir » d’Ary Chalus, serait en embuscade pour relancer anba fèy la question du changement de statut.

Daly, enfonce le clou : « En gros pour moi Changer pour changer n’est jamais forcément une bonne idée surtout quand derrière se cache le passé. » Le Dalycious ajoute qu’il se méfie de personnalités « en quête de pouvoir et des revanchards ».

Conscient de la tension qui monte entre supporters des deux adversaires du second tour, Daly conclut dans un sourire « je connais déjà » et dit s’attendre à des réflexions du genre « tu as donné ton avis… on va te massacrer ! » comme le veut « la politique du fan tchou a moun qui Pa èvè’ w».

Sans doute une manière pour le rappeur de Gwada de dire qu’il est prêt à assumer sa prise de parole publique. Quelle que soit l’issue du scrutin, on devra au moins lui reconnaitre ce courage.

Lola Plibel-Anbalabay (Creoleways)

daly_ary_chalus_victorin_lurel_elections_regionales_2015_guadeloupe