Coupe Davis 2016 : France-Canada en Guadeloupe, Yannick Noah et la FFT font un choix stratégique

La Fédération française de tennis a tranché : le premier tour de la Coupe Davis se jouera du 4 au 6 mars  2016 en Guadeloupe. Une première pour les Antilles et pour les outremer. Exit les autres candidats : la Martinique (Fort-de-France), la Seine-Maritime (Rouen) et la Savoie (Albertville).

Pour l’organisation du match France-Canada sur terre battue, le bureau fédéral de la FFT a finalement choisi la Région Guadeloupe. Les matches se dérouleront au vélodrome de Gourde-liane, à Baie-Mahault, sur terre battue et en extérieur.

A 55 ans, Yannick Noah, vainqueur de Roland-Garros en 1983 et véritable gourou des bleus (à qui l’on doit les succès de 1991 et de 1996) est aujourd’hui aux commandes de l’équipe de France. C’est lui qui, en accord avec ses joueurs, a proposé la Guadeloupe comme cadre de cette rencontre. Le but avoué est de gêner le canadien Milos Raonic, 14e mondial, un cogneur qui maîtrise le jeu sur surface rapide.

Sollicitée au pied levé par les instances du tennis local, la Région Guadeloupe a bien joué le coup : Soutenue par l’Etat et le Département Guadeloupe, elle s’est immédiatement positionnée, contrairement à la Martinique, l’île « sœur », qui a pris le train en marche le vendredi 4 décembre, date limite du dépôt des candidatures pour ce premier tour de la Coupe Davis.

La compétition aura donc lieu en Guadeloupe, au vélodrome Amédée-Détraux (8.000 places). Les collectivités territoriales assument le surcoût d’un million d’euros que nécessite l’aménagement du stade l’acheminement de la terre battue.

Le président de Région Victorin Lurel assure que « la Guadeloupe ne s’est pas positionnée dans une démarche de surenchère par rapport à ses concurrents notamment la Martinique. Notre offre était la même que celle de la Martinique, à savoir la prise en charge des frais d’organisation. Ces montants sont à évaluer au regard de l’exposition médiatique que cette manifestation offre à la Guadeloupe pour des dépenses qui seront faites uniquement au profit des entreprises guadeloupéennes ». Le député ajoute que « C’est la Guadeloupe conquérante que je défends qui est ainsi récompensée de ses efforts et de son travail. C’est une construction patiente mais déterminée pour que la Guadeloupe rayonne partout grâce à ses talents. Cette petite victoire là, c’est la nôtre et c’est la vôtre ».
L’accueil d’une manifestation internationale de ce niveau est une première historique pour la Guadeloupe.

Paddy Hampâté-Dioussa (Creoleways)

Pour mieux comprendre pourquoi la FFT a validé ce choix stratégique de Yannick Noah et de ses joueurs, voir aussi la vidéo du journal l’Equipe en cliquant ICI.