Mois du créole en Guadeloupe : Les mots de Josette Borel-Lincertin

Featured imageJòdijou kréyòl ni on plas fondal adan òwganizasyon a sosyété Gwadloup, é pilwen adan on pati a sosyété karibéyen. Sé-y ka fè lidantité sa i yé poubon, sign ki ka montré ou ka fè kò épi on réjyon, é on kominoté. I ki ka liyanné é pèwmèt bon enpé téritwa a Lakarayib fè yonn. Dépi onò jis an sid, dèpi Ayiti jis Giyàn, pasé pa Dominik, Sentlisi oben Bawbad, ou ka touvé tras é plizyè fòm a lang-lasa ki komen é ki érityé a lèsklavaj.

Pou 7tyèm touné a « Kréyòl An Mouvman » Konsèy Dépawtèmantal vlé mèt douvan sa ki ka fè, nou diféran é ki anfinaldikont ka liyanné nou pou fè yonn. Pousa, gran randévou an nou ké fèt anba tenm « Lakarayib : nou ka sanm san sanm ».

Lakarayib, sé on katchimen otila pèp ki sòti Lafrik, méren zendyen é éwopéyen ka miganné, kifè, sé on krèy kilti ki kriyan. Sèlman, chaplé lilèt-la adan menm chouk-la. Pou désèwten, sé kréyòl ; manjé, endistri a kann, mizik oben ankò fèt tradisyonnél kon kannaval.

Jòdijou adan kondisyon a mondyalizasyon a lékonomi, Lakarayib ni pou fasadé épi dispozisyon
nèf. Asiré sèten, sé lilèt-la ki ka fè ti moso latè-lasa, oblijé sanblé, ki sé parapòt a lékonomi, ki sé parapòt a kilti. San chèchè fè ripaj épi anglé anlè mòsotè-la, lang kréyòl ni tousa ki fo pou on jou i vin on pon monté antrè sé lilèt-la ki ka rédé nou wouvè lèspwi an nou é pran konsyans nou sé on pèp karibéyen.

Mwa a kréyòl é pli ho manifèstasyon a-y « Pwan tiban-la, sizé ! » ka pèwmèt voyé lang-la monté é sanblé épi dòt pèp ki alantou an nou. Sa ka maché tèlman fò, kifè véyé a kont tradisyonnèl-lasa ké fèt dépi alè an kat randévou asi tout Lagwadloup : Rivyèdépè a Bastè, Bopò a Pòlwi, Bitasyon Ranmé Sentwòz é Mémoryal-Lak Lapwent.

Travay-la, Dépawtèman-la komansé la dèpi plizyè lanné èvè moun potalan kon Silvyàn TELCHID, Jilyèt SAINTON oben ankò Chériben CÉLESTE, nou ka mèt alonè lanné-lasa, ka fwitayé jòdijou. Kréyòl-la woupran tout valè a-y é touvé plas a-y adan sosyété Gwadloup.

An menm moman Lafwans ka vansé pou woukonnèt lang réjyonal anba bouraj a pawlèmantè gwadloupéyen, nou ni pou viv lakontantman ansanm ansanm épi konpatriyòt karibéyen an nou.

BOREL-LINCERTIN Jozèt
Prézidan a Konsey Dépatmantal

Traduction en français

Le créole occupe aujourd’hui une place majeure dans l’organisation de la société guadeloupéenne et, au-delà, dans une partie de la société caribéenne. Véritable facteur d’identité, signe d’appartenance à une région et à une communauté, il se veut un lien qui unit nombre de territoires de la Caraïbe. Du nord au sud, de Haïti à la Guyane en passant par la Dominique, Sainte-Lucie ou la Barbade, on retrouve des traces et différentes formes de cette langue commune héritée de l’esclavage.

A l’occasion de la 7e édition de « Kréyòl An Mouvman », le Conseil Départemental a voulu mettre en exergue ces différences qui finalement nous unissent en inscrivant ce grand rendez-vous sous le thème « Lakarayib : nou ka sanm san sanm ».

La Caraïbe est un carrefour où se mêlent des populations d’origine africaine, amérindienne, indienne et européenne ce qui en fait une extraordinaire mosaïque de cultures. Il existe pourtant un socle commun à ce chapelet d’îles. Le créole pour certaines, la gastronomie, l’industrie cannière, la musique ou encore des fêtes traditionnelles comme le carnaval.

Aujourd’hui dans un contexte d’économie mondialisée la Caraïbe doit faire face à de nouveaux enjeux. Il est indispensable pour les îles qui composent cette région du globe de se rassembler aussi bien sur le plan économique que sur le plan culturel. Sans chercher à concurrencer l’anglais dans la zone, la langue créole a tout pour un jour devenir, un pont jeté entre les îles qui favoriserait la conscience d’un peuple caribéen.

Le mois du créole et son point d’orgue « Pwan tiban-la, sizé ! » participent à la valorisation de cette langue et au rapprochement avec les autres peuples créolophones qui nous entourent. Le succès rencontré par cette veillée de contes traditionnels est tel que désormais la manifestation est déclinée en quatre rendez-vous répartis sur l’ensemble de la Guadeloupe : Rivière des Pères à Basse-Terre, Beauport à Port-Louis, l’Habitation La Ramée à Sainte-Rose et le Mémorial Acte à Pointe-à-Pitre.

Le travail entrepris depuis plusieurs années par le Département aux côtés de personnalités comme Sylviane TELCHID, Juliette SAINTON ou encore Chérubin CÉLESTE, mis à l’honneur cette année, porte aujourd’hui ses fruits. Le créole a retrouvé ses lettres de noblesse et sa place dans la société guadeloupéenne. Au moment où la France, sous l’impulsion de parlementaires guadeloupéens, progresse dans la reconnaissance des langues régionales, charge à nous de faire partager notre enthousiasme à nos compatriotes caribéens.

BOREL-LINCERTIN Josette
Présidente du Conseil Départemental