Code Noir : Jean-François Niort, historien frappé de fatwa par le patriote Danik I. Zandwonis

Featured image

Depuis la publication de ses récents travaux sur le Code Noir (et certaines de ses prises de positions publiques), rien ne va plus entre les nationalistes du FKNG, de l’UGTG-LKP, du MIR, du CIPN et l’historien du droit Jean-François Niort. Malgré une tentative de dialogue initiée par ce dernier, il semble que ceux que Jacky Dahomay appelle « ayatollahs de la mémoire » aient décidé d’interdire de séjour tout ceux qui oseraient aller à l’encontre de leur idéologie mémorielle. Après l’avoir averti qu’il était « ciblé », en tant que « blanc-France », dans le « collimateur » des patriotes de Guadeloupe, Danik I Zandwonis exige le départ immédiat de celui qu’il considère comme «révisionniste», «négationniste» et «persona non grata». Avant Jean-François Niort, des personnalités comme Teddy Riner, Marie-José Pérec, Laura Flessel, Claudy Siar, Serge Romana, Eric Stimpfling ou Corinne Mencé-Caster ayant déjà été excommuniées par Danik Zandronis, exceptionnellement, les chroniqueurs de Creoleways ne feront pas de commentaires par crainte de représailles. (Davwa nou on jan kapon, nou pisimyé pé, pas ou pa jan sav èvè sé mésyé…   ; )

JF Niort « historien » francais, révisionniste et négationniste doit impérativement s’en aller !

par Danik Ibrahim ZANDWONIS

Basse Terre-Capitale. Vendredi 3 avril 2015. CCN. L’affaire est très grave et le masque est désormais tombé. JF Niort français résident dans notre pays, propagateur de thèses révisionnistes et négationnistes sur « le Code noir et son humanité »(sic) n’est en réalité qu’un agent au service du colonialisme français Son pseudo « fraternalisme » a l’égard du peuple guadeloupéen a failli faire illusion. Mais Il n’y a là rien de nouveau. Pour perdurer et maintenir sa domination idéologique sur les colonisés, à toutes les époques, le système colonial franco-européen et a toujours eu recours à des pseudos historiens ou des « philosophes » de pacotille natifs ou étrangers.

Ces agents qui se révèlent d’une grande utilité dans la pérennisation du système colonial, ont pour missions essentielles, au travers de leurs « conférences- café- tango-», de leurs publications, de diffuser des éléments de discours destinés à empoisonner et abuser une opinion pas toujours suffisamment avertie. JF Niort, qui vient d’être enfin démasqué se débat depuis quelques semaines et n’a cessé de se répandre sur le net en écrits de toutes sortes pour tenter d’auto justifier, sa défense et son illustration du Code Noir.

Apres avoir tenté sans succès d’obtenir du MIR, du CIPN ou du LKP des explications, sur un tract où sa vraie « fonction » est mise a jour, il a ensuite écrit au MIR France. Cette organisation a répondu dans un long document qui nous a été communiqué. Extraits « le MIR-France (Mouvement International pour les Réparations) s’associe aux signataires de Guadeloupe pour dénoncer l’actuelle entreprise de reconstruction de l’Histoire à laquelle il (Niort) procède avec d’autres sous le prétexte facile et irrecevable de neutralité scientifique. Le MIR-France exprime par ailleurs sa consternation, devant la teneur des propos tenus par M. J-F. Niort dans l’espace public à l’encontre de la vice-présidente du MIR-FRANCE, Mme Rosa Amelia Plumelle Uribe, en riposte à la publication de son article intitulé « Non, à la perversion Négationniste ».

De notre point de vue Niort, mis à nu, (et qui pourrait dans un autre domaine, être comparé à une sorte de petit Salman Rushdie français ) doit aller exercer ses talents hors de notre pays, car il est désormais persona non grata. ! A quelques semaines de l’inauguration du « Mémorial Act » une question se pose avec une grande acuité : Peut-on raisonnablement accepter que Niort soit encore membre du « comité scientifique » du MACT ?

Pour tout savoir de cette « fatwa créole », c’est par ICI.

Lire la riposte de Jacky Dahomay ICI.

Dany Joseph Ducosson réagit ICI.

La LDH de Guadeloupe s’indigne ICI.

La colère des historiens de Guadeloupe ICI.