Esclavage et réparations : Jean-François Niort jugé «trop Blanc» pour parler du Code Noir

Featured imageJean-François Niort est-il dans le collimateur des indépendantistes guadeloupéens ? Partisan des réparations pour l’esclavage et la traite des Noirs, l’historien avait, jusqu’ici, les faveurs (l’autorisation?) des nationalistes de Guadeloupe. Force est d’admettre que, jusqu’à la publication de ses récents travaux sur le Code Noir, sa peau blanche avait été tolérée par le «camp patriotique», dont le credo demeure « conscience de race, conscience de classe, conscience nationale ». Jean-François Niort, historien « métro », membre du comité scientifique du Mémorial ACTe, et Guadeloupéen d’adoption, s’est-il coincé les doigts dans la prise du courant nationaliste endogène ? C’est ce que laisse penser la lettre «électrochoc» qu’il a reçue d’un (ex?) allié, le «cari-journaliste» Danik I Zandwonis, fidèle lieutenant de Luc Reinette, patron du CIPN. Le courrier ci-dessous, diffusé aléliwon par J-F Niort, ressemble fort à un premier avertissement sans frais. On y apprend que deux autres collègues historiens, un Noir et un métis Guadeloupéens (puisqu’il faut encore citer la couleur de peau dans nos pays) sont eux aussi « ciblés » par les patriotes du FKNG-CIPN. Les vies de Jean-François Niort, Frédéric Régent et René Bélénus sont-elles menacées ? En attendant que le philosophe Louis Sala-Molins s’exprime sur ces questions, laissons la liberté d’expression à Danik I. Zandronis.

Lettre de Danik I Zandwonis à Jean-François Niort

salut JF

Mon avis est que tu « vends » et ‘expose » très mal tes recherches, l’impression qui subsiste dans le « mouvement », est que tu as opéré un changement d’optique et que tu te rapproche consciemment ou non des thèses « borderline » de Regent..

Ta (re) lecture au XX1e siècle du CN ne peut pas être seulement neutre et « scientifique », car tu semble oublier que le CN , l’esclavage sont encore des blessures vives dans notre mémoire active..

Dans le contexte actuel ( Stèle, affaire Chaulet) ton discours relativement maladroit dans l’expression ( cf ton émission à Gpe 1ere et avec moi a CANAL) peut laisser penser que tu essaie de donner ( je reprends tes mots) de l’humanité » a un texte qui est une horreur.

Cela est d’autant plus mal ressenti, que les offensives des « blancs créoles d’une justification de la colonisation rejoignent OBJECTIVEMENT ces travaux sur le CN..

Comment vivant en Guadelouoe, pouvais tu me dire ( Canal IO) ne « rien savoir » de l’affaire de la stèle, alors que depuis des semaines, TOUT le monde en parlait, que toutes les organisation anti colonialistes avaient pris position..et last not least il y avait eu UN PROCÈS et une décision.. toi qui étudie le droit…ce procès et ces décisions de « la justice » françaises auraient du t’interpeller!

N »oublies pas , que nous sommes dans un pays ENCORE sous domination coloniale , que tu es un BLANC FRANCE et que du coté des militants et patriotes TOUT est vu perçu et analysé selon cette grille, qui n’est pas la tienne,. Donc en résumé quand tes travaux VONT malgré toi « dans le sens d’es thèses anticolonialistes », (réparations) tu es le « bienvenu » mais dés que même au nom de l’étude historique, tu aborde sans précaution des sujets sensibles tu t’exposes a des réactions très dures,et je ne crois pas que cela changera.. Mais , tu n’es pas le seul historien a être « ciblé », ;d’autres comme Regent, Belenus.. sont dans NOTRE collimateur:

Je termine en te disant, que tes travaux , tes recherches, ne peuvent en AUCUN CAS être perçus comme ils pourraient l’être en FRANCE

Nous les militants, nous sommes en guerre sur le plan idéologique CONTRE TOUT le système colonial français, sa pensée, sa prétendue « objectivité scientifique », sons système éducatif, sa vision reductiviste de l’histoire, coloniale , ses mensonges, ses contrevérités,

TOUT ce qui a tendance à le renforcer, à le légitimer, a le dédouaner, est pour nous une attaque et appelle des réactions. de notre part. Dans cette période historique particulière, nous serons VEYATIFS

Danik ZANDWONIS (FKNG)

Lire la réponse de Jean-François Niort ICI.