Guadeloupe – Départementales 2015 : Le PS s’affirme, le GUSR patine, Josette Borel-Lincertin en pole position

Featured imageAvec une abstention de 51,51%, la tendance du 1er tour s’est confirmée : la fédération Guadeloupéenne du Parti Socialiste, en remportant 26 des 42 sièges, devrait diriger la nouvelle Assemblée départementale. Le fameux « socle de gauche » ayant volé en éclats, le PS qui détient déjà la gestion de la Région Guadeloupe affirme son leadership politique dans l’archipel.

Hormis la défaite à Vieux-Habitants (victoire d’Aramis Arbau et Marie-Lucile Breslau), et à Morne-à-l’Eau (Georges Hermin battu par Jean Bardail), la tactique de Victorin Lurel (PS) consistant à s’appuyer sur les maires pour construire une majorité a donc payé. En face, c’est l’échec stratégique pour le GUSR de Guy Losbar, héritier politique de Dominique Larifla. Le sénateur Jacques Gillot, président de l’ancien Conseil Général, n’aura plus que 11 élus pour peser lors des futures délibérations.

Contrairement au scénario en cours à l’île de La Réunion ou en France Hexagonale, la droite guadeloupéenne reste dans les choux avec seulement 5 sièges. Ce second tour confirme la marginalisation des indépendantistes et des communistes. On note l’apparition de nouvelles têtes au détriment des notables, dont beaucoup de femmes (parité oblige), nouveau signe envoyé par la population d’un désir de changement de génération politique.

Une élection qui laissera des traces

Eric Jalton : démontre qu’il reste un homme fort de la politique locale avec la victoire des 3 binômes soutenus par la FRAPP. Dès l’annonce des résultats, il s’est déclaré favorable à l’élection de Josette Borel-Lincertin à la tête du Conseil départemental en rappelant la nécessité d’une Assemblée Unique en Guadeloupe.

Jacques Gillot, s’il l’emporte avec 57 % des voix, devra désormais considérer sérieusement Cédric Cornet, son jeune challenger qui obtient 43% des suffrages. Le dernier président du Conseil Général, voit fondre ses espoirs de devenir le premier président du tout nouveau Conseil départemental.

Max Mathiasin, Premier secrétaire fédéral du PS est battu d’une courte tête par Jeanny Marc. Les mauvaises langues disent qu’il a été mollement soutenu par son parti dans cette campagne.

Fabert Michely gagne sa guerre contre Dominique Théophile (GUSR). Au cours de la campagne, le mot « trahison » à souvent été prononcé aux Abymes.

FR.

Le détail des chiffres ICI.