Nicolas Chaulet : Droit de réponse

Featured image

Depuis vendredi 19 mars dernier, je suis la proie d’accusations mensongères, malsaines et malveillantes diffusées à outrance sur le net, la radio et les chaînes de télévision locales.

Je suis particulièrement choqué par les propos diffamants tenus à mon encontre et souhaite aujourd’hui retracer la réalité des faits qui sont aux antipodes de ce qui est dévoilé par la presse et certains avocats en quête de gloire personnelle.

En effet, presse locale, télévision, associations et sites internet relaient une information qui m’accable en travestissant la réalité des faits.

Mercredi dernier, j’ai porté secours à deux jeunes femmes attablées à un restaurant de la Marina de Rivière Sens victimes des assauts répétés de l’un des clients.

C’est alors que ce client a proféré des injures à caractère racial à mon égard et auxquelles je n’ai pas répondu compte tenu de son état visiblement alcoolisé. Je n’ai jamais proféré ce chapelet d’injures dont on m’accuse aujourd’hui.

Ce dernier s’est mis à me poursuivre avec un coutelas qu’il m’a ensuite jeté dessus.

C’est à ce moment, que j’ai immédiatement alerté la gendarmerie.

Acculé, le client en question assisté de son « avocat témoin » ont ensuite organisé de toute pièce un procès contre moi avec le soutien d’associations de lutte contre le racisme totalement désinformées sur la réalité des faits.

D’ailleurs, le vol pour lequel le client souhaitait m’incriminer n’a pas été retenu par les gendarmes.

La pression exercée pendant l’enquête lui a donné une tournure surréaliste et sans commune mesure avec les évènements.

J’estime avoir été intimidé par les avocats de mon agresseur qui se sont violemment emportés contre moi lors de mon audition espérant me voir dire ce que je n’ai pas dit, ni fait.

J’ai aujourd’hui déposé plainte pour injure à caractère racial et agression contre ledit client et incitation à la haine raciale.

Il va de la paix sociale et aussi de l’intérêt de chaque guadeloupéen que ces accusations déplorables cessent.

Le racisme et l’anti-sémitisme qui affectent actuellement la métropole ne doivent pas gagner notre île pour la gangréner inutilement.

Nicolas CHAULET