Ariana Miyamoto, Miss Japon 2015, une métisse qui déchaine la stupidosphère raciste

ariana_miyamoto_01Décidément, les concours de beauté ont le don d’attirer les racistes : La nouvelle Miss Japon 2015 Ariana Miyamoto, 20 ans, est la première métisse à remporter ce titre. Son élection a déclenché une violente polémique sur twitter et facebook. De nombreux internautes Japonais «bon teint» n’ont pas supporté qu’une « hafu », fille d’un Noir américain et d’une Japonaise «de souche», représente l’esthétique nippone aux yeux du monde entier. Depuis, la jeune femme se fait traiter « d’étrangère » qui aurait « trop de sang noir pour être une vraie japonaise ».

Des Japonais pas fous des Hafu ?

Bien qu’elle soit née et ait grandi au Japon, (hormis quelques années aux USA, pour ses études), la belle Ariana Miyamoto doit comme beaucoup de « hafu », subir les injures et la discrimination de ceux qui ne supportent pas les métis : En japonais, Hafu est une déformation du mot « half » («moitié» ou «demi» en anglais). Les haters (internautes haineux) reprochent à Ariana Miyamoto d’avoir été élue selon des « critères flous » (elle ne serait pas de «race pure»), et la traitent de «demi-miss Japon». Ses supporters, en revanche, saluent le choix du jury, signe fort de progrès vers la tolérance et le changement des mentalités au Pays du Soleil Levant.

Durant la compétition, Ariana Miyamoto a dit s’inspirer de la chanteuse Mariah Carey qui a «surmonté les obstacles raciaux pour devenir une star». Elle ajoute être consciente de ne pas ressembler à la japonaise classique, ce qui ne l’empêche pas de se sentir « japonaise au plus profond d’elle-même ». N’en déplaise aux colporteurs de haine, la jolie jeune femme représentera bien le Japon au concours de Miss Univers en janvier 2016.

L’angoisse identitaire sur Facebook et Twitter

Pour expliquer ces injures raciales et ce rejet violent de la différence, certains commentateurs invoquent l’insularité : Le Japon étant un archipel, ses habitants, très à cheval sur les traditions, seraient plus réfractaires au métissage qu’ailleurs… C’est aller un peu vite en besogne ! Les internautes d’autres pays, grands ou petits, pas forcément insulaires ou conservateurs, se sont déjà illustrés dans la haine des métis, ou des Noirs, ou des Blancs, qu’ils considèrent comme une menace pour leur identité. Même si, heureusement, la « stupidosphère » raciste ne représente qu’une minorité de la population d’un pays, ses manifestations bruyantes, intenses et violentes, font bien souvent le buzz sur les réseaux sociaux. Ariana Miyamoto n’est évidemment pas la première à vivre cette terrible situation.

Quand la « stupidosphère » se lâche sur les Miss

Torika Watters, métisse européenne native des îles Fidji, a dû rendre sa couronne en 2012, parce qu’elle était soi-disant trop jeune… En réalité, elle avait été lourdement insultée par certains Fidjiens qui ne la trouvaient pas assez «indigène» (trop blanche, cheveux pas assez frisés).

Nina Davuluri, Miss New York, élue Miss America 2014, d’origine indienne, se fait traiter de « Miss Arabe », et même de terroriste (« Miss Al Qaida ») suite à son interprétation d’une danse de style Bollywood. Ses détracteurs sont des Blancs et des Noirs américains : « Comment une p…. d’étrangère a-t-elle pu être élue Miss Amérique ! Surtout après le 11 septembre ! », crachaient-ils.

Flora Coquerel, Miss France 2014. L’élection de la métisse Franco-Béninoise avait enflammé les réseaux sociaux : «Putain, une négresse !», «Je ne suis pas raciste, mais le concours Miss France devrait être réservé aux blanches… Mort aux étrangers !», etc.

Chloé Deher, native des Saintes, élue Miss Guadeloupe 2013, avait été jugée « trop blanche » sur les ondes radio et sur les réseaux sociaux de l’île. Elle sera 4ème dauphine de Miss France 2014.

Pas de polémique quand la stupidosphère n’existait pas ?

Véronique de la Cruz, Miss Guadeloupe 1992, est sacrée Miss France 1993. Cette métisse est considérée comme la première femme noire de l’histoire à remporter le titre de plus belle femme de France. Elle sera 6e Dauphine de Miss Monde 1993 à Sun City (Afrique du Sud). Véronique Caloc, Miss Martinique 1997-1998, 1ère dauphine de Miss France 1998, 1ère dauphine de Miss Monde 1998. Sonia Rolland née à Kigali au Rwanda, d’un père français et d’une mère rwandaise. Élue Miss France 2000. Corinne Coman, Miss Guadeloupe 2002 devient Miss France 2003 à 19 ans. Chloé Mortaud, Miss France 2009. 5e dauphine de Miss Univers 2009 et 3e dauphine de Miss Monde 2009. Toutes ces femmes Noires ou métisses ont été élues en France sans qu’on ait relevé de protestations racistes.

Faut-il penser qu’à l’époque, le racisme n’existait pas ? Que la mondialisation n’avait pas encore commencé ou qu’on confondait moins race et nationalité ? Bien sûr que non ! Seulement aujourd’hui, l’opinion, surtout celle qui s’exprime sur les réseaux sociaux, fait l’audience des blogs et des médias traditionnels. Qu’on le veuille ou non, Facebook, Twitter et Instagram, ces outils inventés au départ pour rapprocher les gens, servent à exprimer toutes les pulsions, y compris celles de plus en plus extrêmes des membres de la « stupidosphère ».

Cecil Strasswerk et Kevin Honjoo (Creoleways)

Comments

  1. A reblogué ceci sur raimanetet a ajouté:
    vite la carte de la stupidosphère du racisme ! vite ça urge vraiment !