Université des Antilles : Victorin Lurel prend acte de l’échec de la CMP

victorin_lurel_12Prise après concertation avec les acteurs locaux et la communauté universitaire, l’ordonnance du 17 juillet 2014, réaffirmant l’unité de l’université des Antilles repose sur trois principes :1) parité entre les pôles martiniquais et guadeloupéen ; 2) large autonomie pour chacun des pôles ; 3) présidence alternée. En introduisant l’idée d’un « ticket à trois » (élection simultanée du président de l’université et des vice-présidents de pôles) le Sénat (majoritairement à droite) avait de facto modifié ces principes et soulevé l’indignation en Guadeloupe. Suite au rejet de cette disposition par les députés, une Commission Mixte Paritaire (CMP) a tenté de trouver un compromis… sans succès. Le Sénat et l’Assemblée nationale devront donc réexaminer le projet de loi et l’Assemblée nationale votera, en dernier ressort, la version votée le 19 février 2015 consacrant le principe de libre élection des vice-présidents de pôles.

Communiqué de Victorin Lurel, Député et Président de la Région Guadeloupe

Paris, le 11 mars 2015

Monsieur Victorin LUREL, membre titulaire de la commission mixte paritaire (CMP) chargée de proposer un texte sur le projet de loi portant sur l’université des Antilles qui s’est réunie ce jour, prend acte de l’échec de cette dernière faute d’accord entre les représentants de l’Assemblée nationale, à majorité de gauche, et ceux du Sénat, à majorité de droite.

En raison de l’échec de cette CMP, le Sénat et l’Assemblée nationale seront amenés à réexaminer le projet de loi et l’Assemblée nationale votera, en dernier ressort, la version définitive du texte de loi conforme à la version votée le 19 février 2015.

En responsabilité et en soutien total à la position du Gouvernement réaffirmée ce jour par Madame la Ministre Najat VALLAUD BELKACEM en réponse à une question au Gouvernement, Monsieur Victorin LUREL défendra ainsi, lors du prochain passage au Parlement, le texte d’équilibre issu de l’Assemblée nationale qui consacre le principe de libre élection des vice-présidents de pôles, seul garant de l’unité et du rayonnement de l’Université des Antilles.

Au vu de la constance et de la fermeté du Gouvernement, Monsieur LUREL reste ainsi pleinement confiant quant à l’issue de ce dossier. Il espère, en outre, que cette discussion intervienne dans les plus brefs délais afin de ne pas compromettre la prochaine rentrée universitaire et la réputation de cet établissement.