La Réunion : Des descendants d’engagés Indiens attaquent l’Etat français

engagisme_reunion_01L’engagisme est-il, aussi, un crime contre l’humanité ? C’est en tout cas la ferme conviction de Monsieur Abady Egata-Patché, chef d’entreprise et président de l’association « Mémoire Crève-Cœur », à l’île de la Réunion.

Selon un article de Nicolas Goinard paru dans Le Parisien, Abady Egata-Patché se dit prêt à saisir jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme pour obtenir justice. Bouleversé après un voyage en Inde sur les traces de ses ancêtres, ce descendant d’engagés a déposé plainte contre l’Etat Français auprès du procureur de la République de Saint-Denis.

Entre 1828 et 1861, à l’approche de l’abolition de l’esclavage, les colons de La Réunion firent venir entre 120 000 et 150 000 immigrés Indiens. Ces derniers signaient un contrat de cinq ans les astreignant à 26 jours de travail par mois pour un salaire de 12 francs de l’époque. Abady Egata-Patché descend de ces travailleurs engagés, une main d’œuvre bon marché qui devait remplacer les anciens esclaves Noirs.

Pour ce chef d’entreprise, l’engagisme était en réalité un véritable esclavage dont les séquelles se font encore sentir au sein de la société réunionnaise : « Les Indiens étaient des non-violents. La violence les a gagnés quand ils sont montés sur le bateau. Ils ont commencé à boire, beaucoup se sont suicidés. Les familles ont été marquées, et ça influence encore leur vie aujourd’hui. On connaît le père, le grand-père, mais rarement l’arrière-grand-père. Il y a un manque de repères. », se désole-t-il.

Selon l’auteur de l’article, l’action « pourrait faire des émules aux Antilles où une association regroupant les Guadeloupéens d’origine indienne envisage de s’associer à la plainte réunionnaise ».

A cœur vaillant, rien d’impossible. Rappelons qu’aux Antilles, l’engagisme concerna les tout premiers colons (Blancs Européens dits « vieux-habitants »), puis, à la fin de l’esclavage, des Indiens et des Africains du Congo. Cette initiative fera-t-elle des émules chez tous les descendants d’engagés, quelle que soit leur couleur ? Wait and see.

Tertullien Mesdouze (Creoleways)

Lire l’article de Nicolas Goinard sur leparisien.fr ICI.