Grève des dockers : Un conflit qui met en danger l’avenir du Port de Martinique

port-de-fort-de-franceDans la réprobation de la population et le silence des élus, le blocage du port de Fort-de-France continue : Les négociations semblaient avancer jusqu’à cette nouvelle revendication : Menée par Jean-Michel Jean-Baptiste, leader du syndicat STPFF, une partie des dockers exige maintenant le paiement d’une prime de fin d’année de 2000 euros par la société de manutention GEMO, prime pourtant supprimée en 2010. Contact-Entreprises condamne ce nouveau coup porté à l’économie déjà vacillante de la Martinique, qui plus est par un « responsable » censé veiller à la bonne image du pays, et à sa santé économique, notamment en  matière de tourisme.

Un conflit qui met en danger l’avenir du Port de Martinique

Depuis le 2 octobre 2014, le port de Fort-de-France est le théâtre d’un conflit qui perturbe les opérations de livraison des véhicules. La semaine dernière, pas moins de 300 véhicules destinés à la Martinique n’ont pu débarquer, et ont du être acheminés sur des ports voisins.

Alors que la Martinique a obtenu ce mois-ci le prix du « Port à conteneurs de l’année 2013 » décerné par la Caribbean Shipping Association devant 11 autres concurrents, Contact-Entreprises s’étonne qu’un tel conflit survienne maintenant et remette en cause la fiabilité de notre port.

Contact-Entreprises s’étonne qu’une simple posture puisse jeter le discrédit sur toute une profession, et au-delà sur tous ceux qui œuvrent à la nécessaire redynamisation de notre outil portuaire.

Ce conflit a été déclenché sans préavis et au mépris des dispositions de la convention collective de la manutention portuaire. Il est conduit par Jean-Michel JEAN-BAPTISTE, délégué général du syndicat de salariés STPFF qui est aussi Vice-Président du Conseil général et président de sa commission développement économique et tourisme !!!

Contact-Entreprises ne comprend pas que le président de la commission développement économique et tourisme soit celui qui bloque le 1er outil du développement économique de la Martinique, remettant ainsi en cause tous les efforts accomplis jusque-là par la communauté portuaire. N’y a-t-il pas là une incohérence manifeste ?

Contact-Entreprises rappelle que la compétition régionale exacerbée par la prochaine ouverture de la nouvelle écluse du canal de Panama nous oblige plus que jamais à donner le meilleur de nous-même. Poursuivre ensemble les efforts déjà accomplis pour améliorer la compétitivité du Port de Martinique est d’une absolue nécessité si nous voulons résister à la concurrence. L’intérêt général le commande.

Emmanuel de REYNAL
Président de Contact-Entreprises, le 27 octobre 2014