Référendum : L’Ecosse dit non à l’indépendance sans perdre son identité

ecosse_independance_referendum_2014Dans le secret des urnes, chacun a voté en son âme et conscience:  Les écossais ont dit non à l’indépendance et oui au Royaume-Uni. Avec un taux de participation de près de 90%, le « non » à l’indépendance l’emporte avec  55,3% des voix contre 44,7% de « oui ».  Il fallait obtenir plus de 1.852.828 votes pour gagner. Le « non » sort largement en tête avec 2.001.926 suffrages contre 1.617.989 pour le « oui ». L’Angleterre et l’Europe respirent.

Forts des touts premiers sondages qui annonçaient une large victoire du « oui » à l’indépendance, les nationalistes écossais, qui misaient sur les effets de la crise économique mondiale pour convaincre la population, encaissent le rude coup de massue: Le premier ministre Alex Salmond, leader des indépendantistes, reste beau joueur:  «J’accepte le choix du peuple et j’appelle toute l’Écosse à accepter ce verdict prononcé par le peuple écossais». Depuis Édimbourg où il s’adressait à ses troupes, il  a affirmé sa volonté de continuer «à travailler de manière constructive pour l’Écosse et le Royaume-Uni», mais rappelé l’engagement pris par les parti unionistes à «dévoluer», donc à déléguer de nouveaux pouvoirs à l’Écosse (une forme d’autonomie au sein du Royaume-Uni). «Ces promesses doivent être très rapidement tenues. La dévolution promise doit se poursuivre» a-t-il insisté.

Durant le référendum, la reine s’était installée dans son château de Balmoral dans l’Aberdeenshire, signe fort et ancien d’appartenance à la Couronne pour les Ecossais. Elle va pouvoir regagner Buckingham Palace en toute tranquillité. L’incertitude monétaire en cas d’indépendance, argument le plus utilisé par le camp du « non » en fin de campagne, aura sans doute pesé dans la balance.

Rob Roy Wallace  (Creoleways)