Ile de La Réunion : Disparition tragique de l’historien Sudel Fuma

Sudel_Fuma_photo_Julien_AzamPhoto : Julien Azam

Sudel Fuma est l’une des deux victimes du naufrage d’hier soir au large de la commune du Port. Ce spécialiste de l’histoire et de la culture de La Réunion était l’auteur de nombreux ouvrages, notamment sur l’esclavage et son abolition. Il a contribué revivifier la pratique ancestrale du moring et dirigé les travaux du collectif « 350ème anniversaire du peuplement de l’ile de La Réunion »

Né en 1952 à Saint-Pierre dans une famille de cultivateurs, cet homme de gauche impliqué en politique locale, s’indignait récemment dans la presse (JIR) du mépris de l’Etat pour les Réunionnais, moins en vue que les Antillais et Guyanais durant la commémoration de l’abolition de l’esclavage, le 10 mai à Paris : « Je n’accuse surtout pas l’ensemble de nos compatriotes Antillais (…) d’être à l’origine de cette discrimination. Mais j’accuse l’Etat français de ne pas rétablir l’équilibre, d’être complice de ce manque de considération, voire même d’être infiltré dans ses plus hautes sphères par le réseau antillais« . Il avait regretté que François Hollande ne tarisse « pas d’éloges sur les combattants de la liberté de l’espace caribéen : Toussaint-Louverture, Delgrès et Aimé-Césaire » (…) « sans accorder aucune place pour Elie, Cimendef ou Dimitile« .

Sa mère descendait d’un marin breton et d’une indienne du Bengale affranchie en 1815. “Je suis descendant d’esclave par mon père, dont le trisaïeul était malgache. Il est devenu Fuma en 1848 lorsque la colonie a attribué un nom à chacun d’eux. Jusque-là, comme 80 % des habitants de l’île, ils n’avaient qu’un prénom et étaient définis par leurs caractéristiques physiques. Ainsi, selon les registres, mon ancêtre avait la peau rouge et le cheveu lisse.”

Ce vrai sportif (2e dan de karaté, handball, course à pied, vélo et randonnée), fut durant 12 ans président de la Ligue réunionnaise d’athlétisme et participa dans sa jeunesse aux Jeux des Iles de l’Océan indien de 1979 (800m et 1500m).

Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de la Réunion, Sudel Fuma dirigeait la chaire de l’UNESCO pour l’océan Indien. Il était président de l’association Historun pour la promotion du patrimoine historique et culturel de La Réunion et de l’océan indien. Il a énormément écrit sur l’identité réunionnaise. Il aimait la musique et la pêche au gros, c’est cette dernière, véritable passion, qu’il pratiquait quand son embarcation a chaviré. Fudel Suma nous quitte à l’âge de 62 ans.

Lola PLIBEL-ANBALABAY

Mise à jour :

Le 22 juillet 2014 , à l’initiative de la Présidente, Nassimah Dindar, après une minute de silence en hommage à Sudel FUMA, les élus du Conseil général de La Réunion ont décidé à l’unanimité, en accord avec la famille, de nommer les Archives en « Archives Départementales – Sudel FUMA ».

Hommage de Jean-François Niort, Frédéric Régent, Pierre Serna, Yerri Urban à Fudel Suma.

Madame, Monsieur,

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que nous avons appris le décès en mer de l’historien Sudel Fuma. Il était professeur d’histoire à l’université de la Réunion et était directeur de la Chaire UNESCO « Relations et apprentissages interculturels dans l’océan Indien », il était rattaché au Centre de Recherche sur les Sociétés de l’Océan Indien (EA 12, CRESOI, Université de La Réunion). Il a soutenu une thèse d’état intitulée Mutations économiques et sociologiques dans une île à sucre : La Réunion au XIXe siècle, devant l’Université de Provence, en septembre 1987, travail effectué sous la direction de Jean-Louis Miège.

Toujours soucieux de livrer à tous les publics, les connaissances universitaires, il a organisé de nombreuses conférences publiques, des colloques, des manifestations culturelles autour de l’histoire et de la mémoire de l’esclavage, comme en témoigne son roman historique : La révolte des oreilles coupées ou l’insurrection des esclaves de Saint-Leu en 1811 à Bourbon : Île de la Réunion, Historun, 2011. Il est également l’auteur d’un documentaire sur le même sujet.

Il a participé à l’expédition de fouilles archéologiques sur l’île de Tromelin, lieu de naufrage d’un navire négrier, où vécurent des captifs rescapés de 1761 à 1776.
Sudel Fuma a fortement contribué à créer des synergies et des coopérations entre historiens dans l’Océan Indien, mais aussi avec ceux de l’esclavage, de la traite atlantique et de la colonisation.

En septembre 2011, lors d’un colloque intitulé « Les colonies, la Révolution française, la loi », à la Sorbonne, il avait eu l’idée de créer le Grand Séminaire d’Histoire des Outre mers dont il a organisé la première session, à La Réunion, en novembre 2012. Ce séminaire avait pour objectif d’effectuer des échanges entre historiens travaillant sur l’esclavage aux Antilles, à la Guyane et à la Réunion. Une seconde session avait eu lieu à la Guadeloupe, en février 2014, à laquelle il avait bien entendu participé, et qui lui avait permis de découvrir cette île et de marcher sur les pas de Delgrès, en visitant le Fort Delgrès et les vestiges de l’habitation Danglemont à Matouba. La 3e session du Grand séminaire, qui aura lieu à Paris, les 9 et 10 avril 2015, lui sera dédiée.

Il laisse de nombreux ouvrages et articles sur l’histoire de la Réunion, dont

– L’esclavagisme à la Réunion (1794-1848), Paris, L’Harmattan, 2000.
– L’abolition de l’esclavage à la Réunion histoire de l’insertion des 62 000 affranchis de 1848 dans la société réunionnaise, Océan éditions, 1998.
– Une colonie île à sucre : l’économie de La Réunion au XIXe siècle, Océan éditions, 1989.

Sa dernière contribution à un ouvrage collectif, parue le 10 juillet 2014, s’intitule : « Le procès d’une insurrection d’esclaves en 1811 à la Réunion : entre droit de l’Ancien Régime et droit colonial révolutionnaire », parue dans Les colonies, la Révolution, Française, la loi, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

Nombre d’entre nous ont pu apprécier sa très grande compétence, sa gentillesse et sa disponibilité ainsi que son constant dévouement pour la diffusion de la connaissance de l’histoire de l’esclavage et de la Réunion.

Les membres fondateurs du Grand séminaire d’histoire des outre mers adressent leurs condoléances les plus attristées à la famille et aux proches de Sudel Fuma.

Jean-François Niort, Frédéric Régent, Pierre Serna, Yerri Urban