Photo : Philippe Virapin expose ses insomnies à la Fondation Clément

Du 27 juin au 3 août 2014, la Case à Léo de la Fondation Clément (Martinique) reçoit le photographe Philippe Virapin. C’est en Guadeloupe, où il vit, que ce martiniquais d’origine a pris la plupart des seize photographies grand format exposées.

On devine plus qu’on ne voit la présence humaine dans ces œuvres. La nuit crée l’espace autant qu’elle se révèle au creux d’une ombre, au détour d’une nappe de lumière. Dans ses ballades nocturnes, Philippe Virapin capture l’esprit des parois, le grain du béton, le murmure desséché d’affiches en lambeaux. L’objectif rend la parole aux vieilles planches usées mais bien vivantes des bourgs. Chaque détail raconte son histoire : Le sillage fantomatique des phares d’une voiture ; un incendie qui dévore la pellicule et happe au passage le spectateur fasciné ; les chaudes et mystérieuses lueurs qui par milliers ravivent les mémoires douces-amères au coeur d’une Toussaint antillaise.

Un travail technique lumineux, un instinct aiguisé, une quête sans relâche au service d’une esthétique affirmée. Tout en nuances, l’œil de l’artiste donne à voir au profane comme au professionnel chevronné un monde de couleurs ou le beau et l’étrange se mêlent pour dire l’extraordinaire des choses simples.

Une expo à voir absolument.

Dominique DOMIQUIN