UAG : Un troisième rapport très accablant dans «l’affaire CEREGMIA»

fred_celimene_ceregmia_uagAprès les deux rapports de la cour des comptes sur les exercices 1999 à 2003 et les exercices 2005 à 2010 de l’UAG, c’est maintenant les sénateurs Michel Magras (Saint-Barthelemy) et Dominique Gillot (Val d’Oise) qui pointent les graves dérives au sein du CEREGMIA, cet influent laboratoire de l’Université Antilles Guyane dirigé par Fred Célimène.

Outre les nombreuses irrégularités financières constatées, le rapport sénatorial sur la situation et l’avenir du système universitaire aux Antilles et en Guyane vient sans ambiguïté conforter l’action de Corinne Mencé Caster :

«L’actuelle présidente de l’UAG, qui, malgré les nombreuses intimidations exercées sur elle, met un point d’honneur à renverser un système organisé illicite de préservation d’intérêts privés, mérite d’être encouragée et doit être accompagnée dans la poursuite de ses efforts dans le sens du rétablissement des principes fondamentaux d’un État de droit dans la gestion de l’université. Le déferlement d’attaques personnelles dont elle a fait l’objet a profondément choqué la délégation de votre groupe de travail lors de son déplacement, sentiment renforcé par la prise de connaissance de nombreux documents transmis depuis (coupures de presse, courriels…). Le contenu de certains messages de menace, d’intimidation et de dénigrement, qui lui ont été adressés en représailles de sa volonté de faire toute la lumière sur les dysfonctionnements relevés par le dernier rapport de la Cour des comptes, porte une atteinte grave à sa dignité, voire à sa sécurité morale et physique, et doit être fermement condamné

En attendant l’imminent rapport de l’IGAENR (structure d’inspection du Ministère de l’Enseignement Supérieur), voici celui de la commission d’enquête sénatoriale. Les pages 77 à 92 traitent du cas « CEREGMIA » : Lire le texte complet ICI.