Ca.Dé et Klod Kiavué : Les pas d’une danseuse hybride sur la peau d’un Maître Ka

Il est des rencontres qui ne font pas de bruit mais sont autant de jalons, de repères pour le futur. Voici la première séance d’impro pour la fameuse pièce « UnpeuBeaucoupAlafoliePasdutout » de Catherine Dénécy (alias Ca.Dé.). Ce working progress a eu lieu le 11 mai 2011 à l’Artchipel (Guadeloupe) entre la chorégraphe et le sage-poète-tanbouyé Klod Kiavué. Deux générations d’artistes guadeloupéens, chacune porteuse de sens et riche d’expériences acquises et transmises autour du monde.

Au cours de ces recherches pour « Jusqu’au Zénith » (second tableau de la pièce), l’écoute est fondamentale. Là s’initie quelque chose qu’il faudra faire grandir. On guette, on se jauge, on se tâte, on prend la mesure l’un de l’autre avant l’envol. L’esprit est clair; les muscles se tendent au fil d’une pensée qui devient discours. Aux cercles et figures tracées au sol par la danseuse répondent tantôt le murmure, tantôt les frappes du Maître sur la peau du tambour Ka. Le corps entier est mobilisé dans cette affaire. Bientôt surgissent un rythme, une respiration, une expression commune. Fait de tensions et relâchements, un dialogue se noue jusqu’à l’exténuation des protagonistes. Cette connivence sera le fruit d’une succession de ruptures, de silences, d’accélérations; la quête d’un équilibre instable entre force et fragilité. Sous l’œil implacable de l’objectif, Ca.Dé et Klod Kiavué conjuguent ces arts majeurs que sont la danse et la musique. Même en l’absence de spectateurs ils donnent cette impression de facilité, de fluidité qui demeure la marque des grands.

Dominique DOMIQUIN