Guadeloupe : Josette Borel-Lincertin déplore la désinvolture du PDG de Total

JBL01

Par voie de communiqué, la présidente de la Région Guadeloupe, Josette BOREL-LINCERTIN, fait part de son indignation et de son trouble après les propos du Pdg de Total, Christophe de MARGERIE, lors de son audition, mercredi, par la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale. Le président de la compagnie pétrolière a en effet confirmé que sa filiale, la SARA, a menacé de ne plus approvisionner en produits pétroliers les Départements français d’Amérique pour manifester son opposition à la réforme des textes réglementant la fixation des prix des produits pétroliers dans les DOM : « Vous êtes menacés de représailles si vous ne vous en remettez pas à un préfet qui vous dit ce qu’il faut faire. On montre les dents ! » (Christophe de Margerie, à l’Assemblée nationale hier).

Même si cette menace n’est aujourd’hui plus d’actualité, la présidente de région s’insurge contre de tels procédés qui s’apparentent à un chantage inacceptable à l’approvisionnement.

Elle déplore par ailleurs d’autres propos du Pdg de Total témoignant d’une réelle désinvolture à l’égard de la représentation nationale : « Vous avez quelque chose à reprocher à Total ? Nous partirons tranquillement. » (Christophe de Margerie répondant à un député Mahorais).

Josette BOREL-LINCERTIN note cependant que le Pdg de Total a, pour la première fois, accepté le principe d’une diminution de ses marges et de ses profits, acceptant ainsi l’objectif de la réforme portée par le ministre des Outre-mer Victorin LUREL. La Présidente de Région réaffirme donc son soutien au Gouvernement, et au ministre des Outre-mer en particulier, dans sa volonté de garantir une plus grande transparence sur la formation du prix de l’essence dans les Outre-mer et d’obtenir une baisse des prix des carburants à la pompe favorable au pouvoir d’achat de tous les domiens et par conséquent des Guadeloupéens, sans remettre en cause les emplois dans ce secteur.