Mérine Céco alias Corinne Mencé-Caster lauréate du prix Gilbert Gratiant 2013

merine_ceco_mazurka

Mérine Ceco a reçu des mains de l’écrivain Dany Laferrière le prix Gilbert Gratiant 2013. Son premier roman, « La mazurka perdue des femmes-couresse » (Ecritures), a été récompensé au premier Salon International du Livre de la Martinique (SILM). Le jury, dans lequel figurait Daniel Picouly, était présidé par l’écrivain haïtiano-québécois Dany Laferrière. La cérémonie de remise des prix s’est tenue dans les jardins de l’Hôtel de Région, à Fort de France.

Mérine Ceco est le nom de plume de Corinne Mencé-Caster, Présidente de l’Université des Antilles et de la Guyane. Le romancier Charles-Henri Fargues, membre du jury, dit avoir particulièrement apprécié l’écriture élégante et empreinte de sensibilité de l’auteure :  « J’ai tout de suite été captivé par l’histoire et séduit par la façon originale et particulière que Mérine Ceco a de la raconter… »

Née en 1970, Mérine Céco, bilingue franco-créole, se passionne très tôt pour le langage. Elle suit en parallèle des études de philosophie et de littérature, passe à 22 ans une agrégation de langue espagnole avant d’obtenir une thèse de doctorat en sciences du langage. Très tôt, elle prend conscience de la complexité des identités postcoloniales et de l’entremêlement des langues, ce qui la conduit à s’intéresser à l’histoire et à l’inconscient collectif de son pays.

« La mazurka perdue des femmes-couresse » (Ecritures) 240 pages – 17,95 €

Contact presse : LP Conseils
Pauline Bolac
24 rue Saint Quentin 75010 Paris
tél : 01 53 26 42 10- pauline@lp-conseils.com

Présentation du livre par Gerry L’Etang

Cet ouvrage est un récit de femmes racontées par une femme. C’est le vécu d’un pays, d’une histoire par des femmes. C’est également la narration d’un évènement, ou plutôt, d’une permanence tragique : « La Grande Catastrophe », évoquée après, avant, pendant son déroulé.

Pourquoi un récit de femmes? Parce que «il y a un mystère de la femme en pays créole, une alchimie de courage et de secrète résignation, de peurs muettes et d’insoumissions à moitié avouées, de vengeances assumées et d’obéissances feintes». Et aussi parce que «chaque femme garde sous sa jupe des secrets, mais ces secrets finissent par gangrener son âme si elle ne les dit pas». Il s’agit de femmes aimées des hommes, «qui attendent leurs maris dans des cuisines embaumées de l’arôme de petits plats mijotés», alors même que le droit des femmes est de «s’épiler intégralement», de «renter tard sans dire où elles étaient passées», de «déposer les bébés à la garderie jusqu’à les y oublier».

Ce livre est aussi une réflexion sur la langue, précisément sur l’entre-deux langues: le créole, langue matricielle, le français, langue maternelle. Ce travail sur «une langue muette, celée dans une autre plus bavarde mais creuse d’elle-même», mesure l’empêchement linguistique d’un peuple “anbaglé”. «Il y a le mal de la langue (mon arrière-grand-mère dirait le “zagriyen” de la langue, pour évoquer ce déchirement nous prenant dans ses rets comme l’araignée dans sa toile): personne ne me pardonnera d’écrire dans cette langue qui a fait notre malheur, mais personne ne me lira si j’écris dans cette autre langue qui a fait notre grandeur, malgré sa misère».

Ce texte est encore une parole critique. Le récit est en effet ponctué, à intervalles irréguliers, de considérations analytiques de la narratrice sur, par exemple, l’oblitération des pensées de Man Fine dans La ri kaz-neg de Yosep Cébel, la vertu de la littérature en pays colonisé, la propreté obsessionnelle des habitantes des cases créoles. Ainsi apprend-t-on que «la lutte pour la propreté des cases, pour le pot de chambre à vider dès l’aube, est une lutte contre la misère et pour la dignité». Ces développements inattendus, volontiers pertinents, confèrent à la narratrice profondeur et distanciation.

La mazurka perdue des femmes-couresse n’est pas un roman. Du moins, pas un roman comme les autres. Il réussit à équilibrer création esthétique, discours narratif, prolongement critique. Loin du didactisme difficilement compatible avec la production fictionnelle, il donne à comprendre, avec délicatesse, émotion, l’autre moitié du ciel d’une société créole.

* * *

La mazurka perdue des femmes-couresse, de Mérine Céco • Écriture • 2013 • ISBN 978-2359051209 • 231 pages • 22,2 x 13,8 x 1,8 cm • 17,95€.