Martinique : Le docteur Pierre Aliker s’en est allé

pierre_aliker

Par Lola PLIBEL-ANBALABAY […]

Pierre Aliker, bras droit solide d’Aimé Césaire à la mairie de Fort-de-France, et frère du journaliste André Aliker, s’est éteint ce jeudi 5 décembre dans la matinée à l’âge de 106 ans. On le savait hospitalisé depuis quelques semaines suite à la dégradation de son état de santé.

Né le 9 février 1907 à Fort-de-France, Pierre Aliker se vêtait symboliquement de blanc depuis la mort tragique de son frère aîné, André Aliker (1894-1935), journaliste à «Justice», vraisemblablement assassiné.

Après des études de médecine, le chirurgien s’engage en politique sur la liste communiste conduite par Aimé Césaire aux élections municipales en 1945 à Fort-de-France. A la victoire de ce dernier, Pierre Aliker devient l’un de ses adjoints.

Le 28 mars 1958, aux côtés du chantre de la Négritude, Pierre Aliker fonde le PPM (Parti progressiste martiniquais) dont le mot d’ordre est «une région Martinique autonome dans un ensemble français décentralisé». Il sera le vice-président du PPM jusqu’au 17e congrès du parti en 2005. C’est à cet ami fidèle que le député Césaire confiait régulièrement «les clés» de la mairie et la gestion des affaires municipales quand son devoir l’appelait dans l’Hexagone, auprès de ses collègues de l’Assemblée Nationale. Le Docteur eut longtemps la maitrise du service d’ordre du PPM, réputé pour sa fermeté.

Pierre Aliker fut premier adjoint au maire de Fort-de-France de 1957 à 2001 ; et conseiller général du 3e canton de Fort-de-France de 1958 à 1970. Avec la départementalisation, au sein de l’équipe municipale, il réalisera notamment la canalisation des rivières Madame et Monsieur ; la distribution d’eau courante ; la création d’un bureau de santé, la mise en place du réseau électrique, etc.

Le 9 février 2007, l’ancien stade de Dillon, à Fort-de-France (le plus grand de la Martinique et des Antilles-françaises) est rebaptisé à son nom à l’occasion de ses 100 ans. Un an plus tard, Le 20 avril 2008, c’est là qu’il prononce l’unique discours aux obsèques d’Aimé Césaire, rendant ainsi un ultime et vibrant hommage à son ami et compagnon de lutte. A cette occasion, il dira devant Nicolas Sarkozy cette phrase qui fait encore couler de l’encre « Les meilleurs spécialistes des affaires martiniquaises, ce sont les martiniquais eux-mêmes ».

Le 31 janvier 2009, quelques jours avant son 102e anniversaire, il avait épousé Marcelle Landry (1929-2011), rencontrée soixante ans plus tôt et avec laquelle il vivait depuis plus de 20 ans. Pierre Aliker sera inhumé samedi 07 Décembre 2013 au cimetière de La Joyau.

Communiqués

Serge Letchimy, député et Président de la Région Martinique, Président du Parti Progressiste Martiniquais,  en hommage à ce pilier historique du PPM qu’était le Docteur Aliker.

«Pierre Aliker nous a quittés. Il avait 106 ans. Avec lui, s’en va une part héroïque de l’histoire de la ville de Fort-de-France, et à travers elle, de la Martinique toute entière. Ce qui nous reste, c’est la fierté d’avoir pu être contemporains d’une personnalité hors du commun et d’un politique disposant d’une stature d’homme d’Etat.

Un tel degré d’engagement social, d’engagement culturel, d’engagement politique, d’engagement intellectuel, de fidélité à des valeurs, et une telle élégance de l’ensemble de sa vie, l’érige en un exemple parfait de martiniquais digne et responsable.

C’est un jour d’une infinie tristesse, mais c’est aussi celui du souvenir reconnaissant et de l’estime inaltérable

***

Béatris COMPÈRE & Roger de JAHAM, Co-présidents de l’Association «Tous Créoles !»

« C’est avec tristesse et émotion que le Conseil d’administration de l’Association «Tous Créoles !» apprend ce jour le décès à 106 ans du docteur Pierre ALIKER, figure martiniquaise et infatigable compagnon de route d’Aimé CÉSAIRE.

Cet homme discret et affable aura marqué son siècle, et par sa sagesse proverbiale aura contribué à consolider le lien social à la Martinique.

«Tous Créoles !» salue sa mémoire, et ne doute pas que toute la Martinique saura lui rendre l’hommage qui lui revient, et s’inspirer de sa pensée pour mieux traverser les moments difficiles que nous vivons. »

***

Josette Borel-Lincertin, présidente de la Région Guadeloupe, au nom des élus régionaux, adresse à la famille ALIKER, à ses proches, au Parti Progressiste martiniquais et à la Martinique toute entière ses condoléances émues et sincères après l’annonce du décès du docteur Pierre ALIKER.

« Je tiens à rendre hommage à l’homme de conviction et d’engagement qui aura œuvré toute sa vie pour sa Martinique et les Martiniquais. Pendant plus d’un demi-siècle, il a su poursuivre l’idéal « d’une région Martinique autonome dans un ensemble français décentralisé » tout en restant en phase avec les attentes du peuple. Son empreinte ainsi que celle d’Aimé CESAIRE – dont il était le loyal compagnon politique et ami – ont marqué de manière indélébile les consciences et l’histoire de la Martinique. »

***

Jacques Gillot, Président du Conseil Général de la Guadeloupe, a appris avec une vive émotion la disparition du docteur Pierre ALIKER. L’exécutif départemental a tenu à rendre hommage à la mémoire de cet homme politique emblématique de la Martinique, co-fondateur du PPM et bras droit d’Aimé CESAIRE. La Martinique perd aujourd’hui un homme d’engagement, un grand défenseur de la cause autonomiste, reconnu pour son sens de l’intérêt général et son humanisme. En son nom personnel et au nom de l’ensemble des élus départementaux, Jacques GILLOT adresse ses condoléances attristées à sa famille, ses proches, au PPM et au peuple martiniquais.

***

Josette Manin, Présidente du Conseil général de la Martinique : « C’est avec une grande émotion et une profonde tristesse que j’ai appris, ce jour, le décès du Docteur Pierre Aliker. C’est une page de l’Histoire de notre pays qui se tourne avec le départ de cet homme demédecine, cet homme de conviction si fortement engagé. Fidèle compagnon de route d’Aimé Cesaire, son parcours politique n’est plus à commenter.

Je souhaiterais insister sur la devise qu’il aimait à partager et qui, j’en suis convaincue, s’inscrira dans nos mémoires et jusque dans l’inconscient de notre jeune génération : « les Martiniquais doivent viser l’excellence ».

Puissent les paroles de ce sage Martiniquais nous inspirer à jamais. Elles nous permettent de mesurer toute l’étendue de la perte que cette disparition représente pour sa famille et pour la Martinique entière.

En mon nom personnel, en celui de tous les élus du Conseil Général et de tous les agents de la collectivité, je présente à sa famille et à la Municipalité de Fort‐de‐France nos très sincères condoléances pour la perte de ce Grand Homme qui fut conseiller général du canton 3 de Fort-de‐France de 1958 à 1970 ».

***

Philippe Jock, Président du Medef Martinique : « C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès de Pierre Aliker. Il laisse dans le deuil tous les Martiniquais qui garderont de lui, l’image d’un homme politique vertical et intègre, d’un homme de conviction et de principes. Au nom des adhérents du MEDEF Martinique, je présente à sa famille et à ses proches mes sincères condoléances. »

***

Emmanuel de Reynal, Président de Contact-Entreprises : Contact-Entreprises salue avec beaucoup de respect la mémoire du grand martiniquais qu’aura été Pierre ALIKER. Sa contribution à la construction de la Martinique moderne par son intensité et son extraordinaire longévité est tout à fait considérable.

Son immense exemple nous inspirera à ce moment de notre histoire où nous sentons tous qu’il nous faut trouver de nouvelles réponses aux graves défis auxquels nous devons tous faire face que nous soyons responsables économiques, politiques, associatifs ou culturels.

***

André Lucrèce, sociologue et écrivain : « J’ai appris avec tristesse la mort du docteur Pierre Aliker, homme de conviction et de grande franchise, surtout lorsque les intérêts de son pays étaient en jeu. Il était sur ce point intraitable, et je sais ce que lui doit la ville de Fort-de-France quand, en fidèle compagnon, aux côtés d’Aimé Césaire, il œuvra à l’amélioration de la cité pour le bien de ses habitants.

Passionné par la nature et par les plantes en particulier, on le savait homme de culture, très intéressé aussi bien par la littérature que par les sciences, et il eut maintes fois l’occasion de le montrer.

Je me rappelle qu’il avait accepté, avec Aimé Césaire, de présider Le Premier Salon international du Livre de la Martinique qui s’est tenu à Madiana en 2004. Tous deux avaient célébré le choix Haïti comme invité d’honneur et chacun des invités étrangers avaient également tenu à connaître et à saluer ces deux compagnons prestigieux, présents pour la cause du livre.

Pierre Aliker nous quitte aujourd’hui dans l’estime. »