Kréyòl : Réflexion sur le Temps et « transbòdaj » par Hector Poullet

tempus

Moun ki ka travay Creoleways enmé palé ti kréyòl a-yo a gou a kè a-yo. Nou paka sèvi é lang-la pou fè p’on mès politik, mé nou enmé kréyòl toubòlman. Evè davwa nou enmé séparé tousa i ka fè kè an-nou kontan, nou ka mété on tèks dèwò pou moun  ka li jounal an-nou si nichtwèl pé fè tandézon a-yo woulé ti-gout. An prèmyé, ou pé li-y an fransé; apré, ou ké touvé transbòdaj a-y Mèt Ektò POULLET pran tout tan a-y pou fè ban nou. Sé on pawòl maké anlè sans a lavi èvè jan pou gadé tan ka pasé.

Spiritualité sans frontières

Hier, Aujourd’hui et Demain

Un jour, un grand-père dit à son petit-fils de vingt ans : On t’a appris à distinguer trois moments dans le temps : le passé, le présent et le futur. Tu retrouves ces trois moments notamment dans la conjugaison des verbes qui te permet de situer tes actions dans le temps. Dans le langage courant, nous traduisons ces divisions du temps par « hier », « aujourd’hui » et « demain ». Et bien, je te donne un conseil : apprends à découvrir lequel des trois contient le secret de l’existence.

Hier ou le Passé.
Avec les erreurs commises, les faux pas, les regrets, les douleurs, les illusions, « Hier » est déjà passé et échappe à tout contrôle pour toujours. Tout l’argent du monde ne peut ramener « hier » à la surface du réel. Les actions et les paroles d’hier ne peuvent plus être effacées ni oubliées.

Demain ou le Futur.
Avec ses imprévus, « demain » ne se plie pas à nos désirs, à nos projets. Si le développement de la science a permis de faire certaines prévisions avec plus ou moins d’exactitude, comme la météo, les éclipses solaires ou lunaires, etc… il reste vrai que nous ne savons pas toujours de quoi demain sera fait. Par exemple, tu as déjà ton billet pour aller en vacances cet été, mais personne ne sait si tu pourras partir le jour fixé. Quelque chose de tout à fait imprévisible peut t’empêcher de partir. Demain n’est jamais assuré. Ce n’est qu’une projection du temps dans le temps.

Aujourd’hui ou l’Instant présent.
Les multiples grâces de la Vie viennent à nous dans le quotidien de notre vie. L’art de vivre en harmonie avec le temps consiste à saisir chaque instant que la Vie nous donne de vivre, non pas dans le passé ni dans le futur, mais dans l’aujourd’hui de notre vie. Un prophète disait à ses disciples : « je suis avec vous tous les jours.. » c’est-à-dire tous les AUJOURD’HUI, tous les jours où on est (pas les jours où on était, ni où on sera).

Quoi qu’il en soit, conclut le grand-père, si on est prisonnier de son passé ou si on vit déjà dans le futur, on perd l’essentiel de la Vie qui s’offre dans l’instant présent.

Aujourd’hui, c’est déjà l’éternité !

Konyéla, pran on tan pou li é kalkilé asi transbòdaj an kréyòl a Mèt Ektò POULLET

Lèspri pa ni bayè

Yè, Jòdi-la épi Dèmen

On jou, on gran-apa palé ba timoun a timoun a-y i té ni ven lanné : Yo montré-w kijan tan ka séparé : ou ni tan-pasé, ou ni tan-alè, épi ou ni tan i pòkò la. Ou ka woutouvé twa tan-lasa adan fonksyònman a verb ka rédé-w di ola ou ka plasé on aksyon adan tan-la. Adan palé a touléjou langaj an-nou ka montré jan tan-la ka séparé èvè sé mo-lasa : « yè », « jòdi-la » épi « dèmen ». Si an ni on konsèy pou an ba-w sé apwann kilès adan sé twa tan-lasa vérité a lavi séré.

Yè kivédi tan i ja pasé byen pasé.
Adan-y ni tout érè nou fè, mové chimen nou pwan, sa nou ka règrété, soufwans, lèspwa mal papay, Yè ja chapé byen chapé é nou pa ka kontwolé ahak asi-y ankò. Tout lajan nou té ké pé mété dèwò pa kay rivé fè yè woudéviré adan réyalité an-nou. Sa nou fè, sa nou di yè, pé ké ni éfasé, ni oubliyé.

Dèmen kivédi on tan i pòkò rivé.
Èvè tousa nou pa néta prévwa, “dèmen” pa tan-nou, nou pa ka fè sa nou vlé èvè-y. Konmdifèt, dévlòpman a syans ka otorizé-nou prévwa déserten biten plizoumween lwen, plizoumwen byen, kontèl météwo , oswa éklips a solèy e lalin épi…kanmenmsa nou pa jen konnèt ka dèmen kay pòté ban-nou. Anni gadé, ou ja pwan biyé a-w pou ou pati fè vakans, mé kimoun i sav si ou kay rivé pati poubon jou-la ou té vlé la ? Nenpòt kalité biten pé rivé ou pa té prévwa kay opozé-w pati. Dèmen pa janmé sèten, Dèmen pa on tan, sé on sipozisyon a tan.

Jodi-la kivédi alèkilé.
Tout gras Lavi-la pé voyé ban-nou i ka fè-y onfwa-lamenm. Lè ou vlé viv lavi a-w annarmoni èvè tan-la sé pwan chak moman-tan Lavi-la ka ba-w pou viv. Pa viv vi a-w ka gadé dèyè toulongalé ni ka konté asi dèmen akontinyé. Viv alè pou alè. Daprésa nou ka tann, té ni on pwofèt té ka di sé disip a-y la : « An la èvè-zòt chak jou i fè jou » kivédi chak jòdi, tout jou i jou ( a pa jou i té, ni jou i ké)

Pou fin èvè sa gran-papa la bout kozé-la ka di : « Kèlanswa, on moun i té ké rété pri adan tan lontan, oswa i té ké ka viv anni ka konté asi dèmen, asiré moun-lasa ka pèd tout bèlté a tan-la i ka viv la.

Jòdi-la sa ja létèwnité.

Note d’Hector POULLET : Yo mandé-mwen mété teks fwansé-la an kréyòl, an fè-y ba moun-lasa ka kwè an Bondyé jan i mandé-mwen-y. Mé adan tala, pou mwen i pa ka kwè ni p’on bondyé, mé ka kwè adan lèspri-moun, an ranplasé Bondyé èvè Lavi-la èvè on gran L é Jézi èvè «on pwofèt».)

(transbòdaj : Ektò, 27 oct 2013)