Diplomatie : La CARICOM gèle la demande d’adhésion de la République Dominicaine

CARICOM_logo

Mardi 26 novembre s’est tenue à Georgetown (Guyana) une réunion spéciale du Bureau de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la CARICOM. Lors de cette assemblée ont été examinées les conséquences de la sentence TC/0168/13 adoptée par le Tribunal Constitutionnel dominicain le 23 Septembre dernier.

Suite au meeting, le Secrétariat de la CARICOM déclare « condamner la décision odieuse et discriminatoire du 23 Septembre 2013, de la Cour constitutionnelle de la République dominicaine sur la nationalité qui prive rétroactivement des dizaines de milliers de Dominicains, la plupart d’origine haïtienne, de la citoyenneté sans possibilité de faire appel […]

[…] La CARICOM se félicite de l’intervention du Venezuela dans la résolution du conflit, mais réinvite le gouvernement Dominicain à prendre de toute urgence les mesures politiques, législatives, judiciaires et administratives nécessaires pour remédier à la grave situation humanitaire qu’il a provoquée. La CARICOM en appelle aussi à la communauté internationale et régionale afin de forcer la République Dominicaine à abroger cette décision inique pour que les droits à la citoyenneté des personnes d’origine haïtienne nés en République dominicaine soient garantis.

La CARICOM invite tous les pays et organisations régionales et continentales à s’unir pour exhorter la République Dominicaine à régler cette abomination. À cet effet, la CARICOM suspend jusqu’à nouvel ordre l’examen de la demande d’adhésion de la République Dominicaine. En outre, la Communauté se réserve le droit de réexaminer ses relations avec la République Dominicaine dans d’autres instances économiques caribéennes et sud-américaines, tels le CARIFORUM, la CELAC et l’OEA.

La CARICOM souhaite un avis consultatif de la Cour inter-américaine des droits de l’homme et appuie la venue d’une commission censée se rendre compte sur place de la situation. La CARICOM examinera également l’introduction d’une résolution à l’Assemblée générale des Nations Unies condamnant la la sentence TC/0168/13 adoptée par le Tribunal Constitutionnel dominicain le 23 Septembre 2013.

Le Gouvernement Dominicain doit monter sa bonne foi en prenant rapidement des mesures concrètes dans le cadre d’un plan global pour résoudre le conflit ayant trait à la nationalité et toutes questions afférentes dans les plus brefs délais.»

Pour être complets sur ce dossier, Creoleways relaye l’édito de notre confrère Parole en Archipel .

La CARICOM suspend une demande d’adhésion de la République Dominicaine à l’Organisation

GEORGETOWN – La Communauté des États de la Caraïbe (CARICOM) vient de décider de suspendre le traitement de la demande d’adhésion de la République dominicaine à l’Organisation. Cette décision intervient à la suite de celle de la Cour Constitutionnelle dominicaine de révoquer la citoyenneté et d’expatrier plus de 250 000 dominicains nés de parents haïtiens à partir de 1929.

Cette décision de la CARICOM, prise non sans retard, sanctionne une victoire diplomatique pour Haïti dans une escalade qui n’est, semble t-il, pas prête à prendre fin. En effet, malgré les déclarations dénonçant ce choix anti-démocratique venant d’organisations comme le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) ou de personnalités importantes comme le prix Nobel Mario Vargas Llosa, les dirigeants dominicains persistent et signent dans une loi qui va à l’encontre du très républicain principe du droit du sol et du jugement de 2005 prononcé par la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) lui demandant d’adapter ses pratiques d’immigration aux dispositions de la Convention Interaméricaine Relative aux Droits de l’Homme.

Ainsi, méprisant le bon sens, les autorités dominicaines ont commencé leur rafle durant les dernières semaines. Si on prétend que certains ont, volontairement, pris le chemin du retour, il n’en est pas moins évident qu’ils ont été refoulés. Comment parler de retour quand la majorité n’a jamais été en Haïti ? […]

Cette décision de la CARICOM de suspendre le traitement de la demande d’intégration du pays voisin à l’Organisation est prise ce mardi à Georgetown, Guyana. Elle est de bon augure pour les espoirs de tous ceux et celles qui défendent les droits de l’homme. […]

Lire l’intégralité de l’éditorial de la Rédaction de Parole En Archipel

Pour mieux comprendre, lire aussi sur creoleways : Chasse à l’homme et lynchages xénophobes à Neiba ; et Les descendants d’Haïtiens transformés en apatrides.