UAG : Le pôle Martinique refuse d’être amputé au bénéfice de la Guyane

greve

Dans le cadre des débats sur l’avenir de l’Université des Antilles et de la Guyane, nous publions ci-après la motion qui a été remise à l’ensemble des élus concernés par la rencontre de demain, jeudi 21/11, avec la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

MOTION DU POLE MARTINIQUE DE L’UAG AUX PARLEMENTAIRES

Nous ne remettons pas en cause une université de plein exercice en Guyane déjà actée dans les Assises de l’enseignement supérieur pour 2020.

La crise actuelle de l’UAG gérée de façon précipitée entre le collectif guyanais et Madame la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche dans un délai raccourci, a des conséquences graves:

– Nous refusons le calendrier d’urgence qui nous est imposé.

– Nous refusons de payer le coût de la décision politique prise par Mme la ministre SANS consultation et SANS décision de la part des instances élues de l’UAG : surcoûts de fonctionnement, affaiblissement de la carte de formation, affaiblissement du potentiel de recherche, affaiblissement de l’encadrement administratif et pédagogique.

– Nous demandons de revenir à un calendrier raisonné et raisonnable, en concertation avec les trois pôles, pour l’élaboration de l’ordonnance applicable à l’UAG comme indiqué à l’art. 128 de la loi ESR.

– Nous voulons que l’UAG bénéficie du temps nécessaire pour mettre en place l’autonomie renforcée de ses pôles.

– Nous exigeons d’avoir le temps d’organiser une consultation la plus large possible de toute la communauté universitaire pour que soient clairement définies la position et la volonté de chacun quant à l’avenir de l’UAG, avant toute décision politique et /ou ministérielle.

– Nous réclamons au Ministère la garantie des moyens matériel, humain, financier quelle que soit la configuration que prendra l’établissement.

– Nous voulons consolider les formations en sciences dures au niveau L et poursuivre leur développement aux niveaux Master et Doctorat.

– Nous demandons que les 400 étudiants de L1 Médecine puissent poursuivre leur formation sur le pôle.

– Nous exigeons de conserver la qualité des formations et de la recherche en lettres, sciences humaines, droit, économie et sciences politiques

– Nous, pôle Martinique, nous ne nous laisserons pas « amputer » pour que soit créée université de plein exercice en Guyane !

Le pôle Martinique, en grève illimitée depuis le 12 novembre, restera mobilisé jusqu’à l’obtention d’engagements écrits de Mme la Ministre sur ces points.