Littérature : « Le Bataillon Créole » de Raphaël Confiant

bataillon_creole_raphael_confiant

Qui étaient ces bataillons créoles, titre de son dernier livre ? L’écrivain antillais raconte cette histoire de la Première guerre mondiale, et les anecdotes que rapportaient les gueules cassées de retour aux îles. A l’occasion de la sortie de son dernier roman, le Bataillon créole (Mercure de France), l’écrivain martiniquais Raphaël Confiant a accepté de répondre aux questions de Libération. Nous l’avons joint par mail.

Qu’est-ce que le « bataillon créole » ?

Il s’agit de la désignation officielle, par les autorités militaires françaises, des soldats antillais, guyanais et réunionnais, engagés, durant la Première Guerre mondiale, à la fois sur le front européen et sur le front d’Orient. En 1914, pour la première fois, ceux-ci furent intégrés à l’armée française en tant que soldats de plein exercice, et non comme volontaires comme cela avait toujours été le cas. Ce changement de statut s’inscrit dans le cadre d’une revendication ancienne, visant à transformer les « vieilles colonies » (Guadeloupe, Martinique, Guyane et Réunion) en départements français. Le bataillon créole monta donc au front avec l’idée de payer ce qu’on appela à l’époque « l’impôt du sang ».

A-t-il été difficile de vous documenter sur le sujet ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il existe un nombre respectable d’archives tant en France qu’aux Antilles concernant la vie de nos soldats : leurs difficultés d’adaptation, les combats auxquels ils ont participé, ceux qui tombèrent au champ d’honneur, les décorations qu’ils ont obtenues… Il existait même un échange de courriers réguliers entre les soldats créoles et leurs familles restées au pays, y compris quand les premiers avaient été faits prisonniers par les Allemands et croupissaient dans des camps. A côté de toutes ces sources écrites, il y a aussi la mémoire collective. Nos Gueules cassées, rentrés au pays souvent mutilés ou gazés, ont raconté leur guerre à leurs enfants, lesquels l’ont racontée à leur tour à leurs propres enfants. Au sein de ma famille, j’ai toujours entendu des anecdotes à propos des deux guerres mondiales du XXe siècle.

Que disaient-elles ?

L’accueil très mitigé fait aux soldats créoles, les insultes à connotations racistes : « Blanchette », « Chocolat », etc. Les conscrits français ignoraient pour la plupart l’existence des Antilles et le désir des conscrits créoles, leur empressement même à vouloir payer l’impôt du sang, leur semblait bizarre. D’autres anecdotes sont liées au climat et aux angines, fièvres, pneumonies qui, au début, envoyèrent à l’hôpital une bonne partie du bataillon créole. Mais c’est apparemment le front d’Orient qui a le plus frappé les esprits et notamment la bataille des Dardanelles, en Turquie. Ah, et il y a aussi le fait que pour la première fois, des Antillais tombaient sur des Blancs qui soit ne savaient pas lire, soit ne comprenaient carrément pas le français, comme les Bretons.

Comment avez-vous préparé l’écriture de ce roman ?

Je me suis référé d’abord aux sources orales : mémoire familiale, entretiens avec des personnes ayant vécu la période qui sert d’arrière-plan à mon récit ou alors avec leurs descendants ; ensuite, dépouillement des archives (et là, je veux rendre hommage à la Bibliothèque Schœlcher de Fort-de-France et à son personnel à la fois dévoué et compétent). Tout ce matériau rassemblé est malaxé. Car, j’insiste, je n’écris pas de romans historiques, je crée mes personnages et je tresse des histoires autour d’eux en liaison avec la toile de fond historique. Pour le Bataillon créole, j’ai imaginé qu’ils se rendaient à tour de rôle au pied de la seule statue du Soldat inconnu nègre de la Martinique, située dans la commune du Lorrain, et qu’ils évoquaient leur fils, frère, père ou neveu parti au front, soit en Europe soit en Orient.

Parmi ces personnages, un seul raille constamment la fierté des Martiniquais pour cet « impôt du sang » versé à la « mère-patrie ». Partagez-vous son point de vue ?

J’essaie d’éviter de tomber dans l’anachronisme. Je ne suis pas un homme du tout début du XXe siècle comme mes personnages : je n’ai pas eu comme eux la transmission directe des souffrances héritées de l’esclavage ; je n’ai pas ressenti d’amour particulier pour Victor Schœlcher l’abolitionniste, ni de détestation non plus d’ailleurs ; je n’ai pas vu la France comme un recours face à l’omnipotence des Békés… J’ai essayé de retraduire les sensibilités de cette époque, et en toute honnêteté, on se doit de reconnaître qu’il y avait chez la majorité des Martiniquais un amour pour celle qu’ils nommaient « la mère-patrie », à savoir la France. Il y avait aussi des réfractaires, tel mon personnage de Bougre Fou que vous évoquez, mais son sobriquet indique dans quelle considération il était tenu.

Pourquoi avez-vous choisi de diviser le récit en cinq « cercles » ?

Je construis mes romans de manière non linéaire, presque circulaire. Cela signifie que les micro-récits qu’ils contiennent s’entrecroisent les uns les autres dans une temporalité qui est celle de la réalité créole. Il y a le temps occidental, mesuré par les horloges ou les montres, et le temps des vaincus, des dominés, des colonisés, qui lui est un temps brisé, chaotique, imprévisible et surtout non linéaire. Chaque cercle rassemble donc des micro-récits que l’on retrouvera, mais dans un autre ordre, dans les cercles suivants.

Le Bataillon créole est un nouvel épisode de ce que vous appelez votre « Comédie créole ». En quoi consiste-t-elle ?

C’est un projet vieux de vingt-cinq ans, qui a commencé avec mon premier roman en français, le Nègre et l’Amiral, publié aux éditions Grasset en 1988. Il vise à revisiter les trajectoires historiques des différentes populations qui ont constitué le peuple martiniquais : les Noirs, les Blancs, les Indiens, les Chinois et les Syro-libanais. Il consiste également à remettre en perspective certains événements marquants de l’histoire martiniquaise, comme la destruction de la ville de Saint-Pierre et de ses 30.000 habitants par la montagne Pelée en 1902, la guerre de 1914-18, le Tricentenaire du rattachement des Antilles à la France en 1935, la Deuxième guerre mondiale, etc. Cette Comédie créole n’est pas achevée car j’envisage d’évoquer les tout premiers habitants de la Martinique, les Amérindiens Caraïbes, ou encore les Nègres-Congo, venus chez nous après l’abolition de l’esclavage. C’est un projet qui, en fait, n’a pas de fin. Seules la maladie ou la mort pourront m’empêcher de le poursuivre.

Emile RABATÉ (liberation.fr)

Source : http://www.liberation.fr/livres/2013/11/14/raphael-confiant-des-antillais-tombaient-sur-des-blancs-qui-soit-ne-savaient-pas-lire_946370

%d blogueurs aiment cette page :