Martinique : Marine Le Pen bientôt reconduite à la frontière ?

charter

En Martinique, un appel d’éminentes personnalités, parmi lesquelles Ina Césaire, Patrick Chamoiseau, Gilbert Pago et Philippe Pierre-Charles, fait savoir à Marine Le Pen, présidente du Front National, qu’elle n’est pas la bienvenue aux Antilles, notamment après la récente banalisation de la parole raciste en France.

Les signataires de l’appel déclarent que « Marine Le Pen prétend faire oublier les déconvenues de son père en Martinique et en Guadeloupe, mais n’a jamais dénoncé son racisme éhonté. […] Elle prétend fouler le sol martiniquais. […] Elle refuse de dénoncer l’esclavage comme un crime contre l’humanité appelant réparations. […] Sur les côtes italiennes, des milliers de victimes de la faim et de l’oppression prennent le risque de perdre la vie, et les institutions et forces dominantes européennes n’ont, au-delà de l’hypocrisie de la pitié, qu’une réponse : rendre plus imperméables les frontières pour barrer la route aux plus démuni-e-s. Plus près de nous, quand ce n’est pas l’ONU qui sème le choléra par ses troupes d’occupation en Haïti, c’est la cour suprême de République dominicaine qui jette dans le néant juridique des centaines de milliers de Dominicain-e-s qui ont le malheur d’être d’ascendance haïtienne. La venue de Le Pen chez nous serait un coup de pouce donné à ces manifestations de la honte sans frontières. »
Lire ICI la lettre sur le blog « Les invités de Médiapart ».