Cuba : Vers une Révolution Capitaliste ?

CASTRO SMOKES CIGAR

Par Roger FRANTZ […]

Les faits sont là, la tendance s’affirme : Le régime cubain étend désormais au domaine du tourisme sa « collaboration avec le secteur privé » initiée en 2012.

Selon le Journal Officiel du pays, le gouvernement de Raùl Castro autorise la délégation de services publics en matière d’hébergement, de restauration, de loisirs et de transports. Depuis mercredi 9 octobre 2013, les agences nationalisées proposent donc les services de près de 5 000 hébergeurs et 1 700 restaurants privés : Une mini révolution !

Selon l’annonce faite à Radio Progreso par l’entreprise « Group AZCUBA » (version privatisée de l’ancien Ministère des Affaires Sucrières), dans le secteur cannier, qui jadis boostait la balance commerciale cubaine, la production de sucre brut de la prochaine récolte (de décembre à avril prochain) devra passer de 1,5 à 1,8 million tonnes, soit une augmentation de 20% de l’apport cubain au marché mondial. Il faut se souvenir que le terrible ouragan Sandy, qui avait occasionné plus de 60 morts dans les grandes Antilles fin octobre 2012, avait gravement touché l’île et durablement désorganisé une industrie cannière dont le matériel et les infrastructures étaient déjà bien vétustes. Les pluies importantes des six derniers mois ont heureusement aidé les planteurs car 10% seulement de la surface cannière bénéficie d’un système d’irrigation. Le timing est donc serré, sachant que les négociations de contrats à l’export dans ce domaine ont généralement lieu dès septembre.

En 1990, l’industrie sucrière cubaine produisait encore jusqu’à 8 millions de tonnes chaque année. On le voit, l’objectif, très optimiste, du Group AZCUBA d’inverser cet inexorable déclin en tentant d’atteindre les 2,4 millions de tonnes d’ici 2015 ne sera pas aisé à réaliser.

Dans la Cuba d’aujourd’hui, qui destine 600,000 à 700,000 tonnes de sucre par an à sa consommation domestique et environ 400,000 tonnes au marché chinois, le calcul est vite fait. Le tourisme représente 2,8 millions de visiteurs par an, soit un chiffre d’affaires de près de trois milliards de dollars. La transition, soit-elle progressive, du socialisme révolutionnaire à l’économie de marché ne fait donc plus vraiment de doute.