Littérature et identité : Maryse Condé, une « guadeloupéenne indépendantiste »

maryse_conde_02Interviewée à l’occasion de la sortie de son dernier livre, La vie sans fards (Lattès), Maryse Condé, qui a quitté la Guadeloupe (ou plutôt les guadeloupéens?) avec fracas en 2007, affirme au micro de Philippe Triay (Culturebox 29/08/12) qu’elle mourra  » résolument indépendantiste. »

Comment définiriez-vous votre identité aujourd’hui, vous qui avez vécu dans le monde entier ?

« Je crois que je ne serai jamais rien d’autre qu’une Guadeloupéenne. Une Guadeloupéenne à ma manière, qui parle peu créole, qui réside en partie à New York, qui a visité le monde… Mais au fond de moi, le lieu qui a fait ce que je suis, mes parents, mes souvenirs d’enfance, ont créé quelque chose que ne pourrai jamais modifier. J’aime la Guadeloupe, le pays, la nature, les sons, les images. Je mourrai guadeloupéenne. Une Guadeloupéenne indépendantiste. »

Lire aussi : https://creoleways.com/2014/07/14/14-juillet-2014-lecrivain-francais-maryse-conde-devient-officier-de-la-legion-dhonneur/