Martinique : Le pouvoir sans limites des dockers de Fort-de-France

On ne le répètera jamais assez, les Antilles françaises sont des îles. La plus grande part de leur économie repose donc sur l’activité portuaire. A Fort-de-France (Martinique), les dockers sont rois. Leur puissance est quasi illimitée puisqu’ils peuvent asphyxier l’île en un claquement de doigts. Ce dont ils ne se privent pas. Pouvoir de nuisance, statut ultra privilégié, emplois héréditaires et recherche permanente de nouveaux avantages… C’est l’un des grands tabous de Martinique (et aussi de Guadeloupe !) qu’ose soulever cet article de Yves-Michel Riols paru dans l’Expansion du 26 avril 2006.

La vie de nabab des dockers de Fort-de-France

Ils contrôlent l’unique port de la Martinique et ont un salaire moyen de 6000 euros par mois.

Quel est le seul parking de la Martinique où l’on ne fait pas la différence entre les voitures de la direction et celles des salariés ?

Réponse : celui du port de Fort-de-France. Si cette boutade fait sourire les Martiniquais, c’est qu’elle a du vrai. Un simple coup d’œil au parking en question le confirme d’ailleurs aisément : on dirait un showroom de 4X4 rutilants !

Rien d’étonnant à cela : les 130 dockers du port de Fort-de-France sont la corporation la mieux payée de l’île. Leurs salaires, à la fois décriés et enviés, sont en effet hors normes. Ils oscillent entre 4 000 et 9 000 euros par mois pour 35 heures de travail par semaine. Soit nettement plus que le salaire moyen d’un docker de la métropole (3 000 à 3 500 euros).

L’explication est très simple : les dockers contrôlent le poumon économique de la Martinique. « En dehors de quelques produits agroalimentaires, l’essentiel de ce qui est consommé sur l’île transite par le port de Fort-de-France, le seul du département », souligne Charles Apanon, le directeur de l’IEDOM en Martinique, la « banque centrale déléguée » à l’outre-mer. Les dockers le savent et ils en usent et en abusent. Les blocages quasi quotidiens de l’année 2003 ont certes disparu. Mais le trafic n’est jamais à l’abri de mouvements intempestifs. En mars, les portiqueurs ont débrayé pendant quinze jours pour demander une augmentation de… 1 200 euros par mois ! Pourtant, leur salaire mensuel moyen avoisine déjà 5 500 euros.

La tactique est payante. La rémunération des dockers a doublé depuis la fin des années 90. « Comme la banane, le principal produit d’exportation du port, est une denrée très périssable, les dockers ont un énorme pouvoir de nuisance », insiste Jean-Charles Cren, président du syndicat des manutentionnaires du port de Fort-de-France. Il leur suffit de croiser les bras pendant quelques jours pour mettre en péril toute la filière bananière qui fait vivre près d’un salarié martiniquais sur cinq. Résultat : les revendications salariales des dockers sont sans limite et si on les refuse, c’est le blocage assuré. Dans ce cas, c’est toute l’économie de l’île qui est grippée au bout de quelques jours. Les organisations patronales sont particulièrement inquiètes. « A cause de la surrémunération des dockers, nous avons le port le plus cher du monde ! », insiste Patrick Lecurieux-Durival, président du Medef martiniquais. Or, dit-il, « on ne peut pas être en position de monopole et ne pas avoir de service minimum ».

Un discours auquel reste insensible José Jean-Baptiste, le patron des dockers, surnommé « le dictateur ». Il a d’ailleurs été publiquement dénoncé au printemps 2005 par un autre syndicaliste. Marc Pulvar, le patron de la Centrale syndicale des travailleurs martiniquais (CSTM, gauche indépendantiste) n’a pas hésité à parler de la « mafia des dockers », soulignant notamment qu’un tiers d’entre eux font partie de la même famille élargie ; ils sont en effet recrutés parmi les enfants, les frères ou les cousins.

Dès qu’un conflit se profile sur le port, les politiques restent muets. Au nom de la préservation de la paix sociale, des augmentations de salaires sont régulièrement accordées. « Mais quand on fait ça depuis 20 ans, on arrive à des coûts de manutention surréalistes », s’inquiète Jean-Charles Cren. Du coup, regrette-t-il, « 130 personnes vivent sur un petit nuage et prennent l’île en otage ».

Yves-Michel Riols, envoyé spécial à Fort-de-France

Source : l’expansion du 26 avril 2006

http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/la-vie-de-nabab-des-dockers-de-fort-de-france_114590.html